Quand Ibra attend le Barça

  • A
  • A
Quand Ibra attend le Barça
Partagez sur :

Zlatan Ibrahimovic ne doute jamais. Et ses relations avec le Barça fluctuent entre le très moyen et l'exécrable en fonction des interlocuteurs. A l'heure où l'AC Milan reçoit les Blaugrana pour le compte de la 5e journée de la phase de poule de la Ligue des champions, Ibra la joue profil bas. On est loin des critiques acerbes envers un Guardiola qu'il déteste. En attendant, ce duel va décider de la première place du groupe.

Zlatan Ibrahimovic ne doute jamais. Et ses relations avec le Barça fluctuent entre le très moyen et l'exécrable en fonction des interlocuteurs. A l'heure où l'AC Milan reçoit les Blaugrana pour le compte de la 5e journée de la phase de poule de la Ligue des champions, Ibra la joue profil bas. On est loin des critiques acerbes envers un Guardiola qu'il déteste. En attendant, ce duel va décider de la première place du groupe. Une erreur de casting. Dans un sens comme dans l'autre d'ailleurs. Zlatan Ibrahimovic n'avait rien pour s'épanouir dans le collectif du Barça, c'est une évidence. Cela ne colle ni à son caractère, ni à sa personnalité. Cela ne l'a pas empêché de faire une belle saison mais l'issue était connue avant l'heure. "Quand je suis parti, je savais que je quittais la meilleure équipe du monde. Mais pour moi, et pour tout le monde, je sais que la meilleure solution était que je parte. Et au vu des résultats des deux équipes, c'était bien la meilleure solution", plaide-t-il sur le site de l'UEFA. L'aigreur et la rudesse des propos qui ont suivi, notamment par le biais d'une autobiographie au vitriol sur Guardiola voire même concernant Xavi et Iniesta, prouvent combien cette saison en Catalogne a pu être frustrante pour le Suédois. Depuis son arrivée à l'AC Milan, il a tourné la page et se sent de nouveau pleinement épanoui. Il n'empêche, le Barça et le Milan se croisent régulièrement et s'il avait été contraint de déclarer forfait au match aller au Camp Nou, cette fois il sera bien là. Avec une grosse envie de bien faire. "Ce sera un match fantastique, très excitant", glisse l'attaquant. Un surcroît de motivation partagé Une excitation teintée d'émotion pour l'attaquant du Milan qui ne veut cependant pas aller très loin dans le mélo. "Je pense que ce match sera plus un match pour le prestige. C'est bien de finir en tête, mais parfois c'est bien d'être deuxième aussi. Quand on est en Champions League, on sait qu'on va jouer contre une bonne équipe, et pour gagner la compétition, il faut battre ces bonnes équipes", ajoute Ibra, toujours sur le site de l'UEFA. Un propos qu'il faut tempérer dans la mesure où les deux points de retard des Milanais les contraignent à la victoire, ce qu'ils chercheront à tout prix car contrairement à ce qu'il prétend, éviter un premier de poule et jouer le match retour à la maison, cela n'a absolument rien de neutre. Dans le camp d'en face, si l'amabilité était de mise à Munich en pré-saison, l'autobiographie n'a pas plu du tout au vestiaire en partie attaqué. Il ne s'agira évidemment pas d'une histoire de combat de rue mais plutôt d'un petit surcroît de motivation pour une équipe brillante qui n'en n'a pas forcément besoin. Et si Busquets a expliqué que c'était "une rencontre contre le Milan pas contre Ibrahimovic", les Blaugrana ne se gêneront pas pour lui rappeler combien le jeu collectif du Barça peut faire des ravages.