Puel et l'OL, c'est bien fini !

  • A
  • A
Puel et l'OL, c'est bien fini !
Partagez sur :

Claude Puel n'est plus l'entraîneur de l'Olympique lyonnais, un secret de polichinelle officialisé lundi soir par le club rhodanien sur son site internet. Un départ attendu, peut-être vers l'Espagne, qui ouvre la voie à Rémi Garde, ancien directeur du centre de formation qui s'apprêterait donc à prendre les rênes de l'équipe première.

Claude Puel n'est plus l'entraîneur de l'Olympique lyonnais, un secret de polichinelle officialisé lundi soir par le club rhodanien sur son site internet. Un départ attendu, peut-être vers l'Espagne, qui ouvre la voie à Rémi Garde, ancien directeur du centre de formation qui s'apprêterait donc à prendre les rênes de l'équipe première. "L'Olympique lyonnais informe du départ de Claude Puel qui n'est plus l'entraîneur général du club à compter de ce jour." C'est par ce laconique - ce qui n'a pas toujours été dans les habitudes de la maison - communiqué que l'OL a officialisé lundi soir le départ de son entraîneur, un départ qui ne faisait plus aucun doute depuis de longues semaines. Il faudra néanmoins encore patienter pour connaître les conditions de ce divorce, alors que les deux camps n'avaient pas réussi à trouver d'accord mercredi dernier devant la commission juridique de la Ligue. Le club rhodanien va désormais pouvoir entièrement se tourner vers le prochain exercice et confier la destinée de l'équipe première à deux hommes du cru, Rémi Garde et Bruno Génésio. Ancien directeur du centre de formation, Garde devrait donc connaître sa toute première expérience d'entraîneur principal sur le banc lyonnais et serait assisté par Génésio, qui était jusqu'alors entraîneur de l'équipe réserve. Deux nominations qui pourraient devenir officielles dans les prochaines heures. Claude Puel, à qui il restait un an de contrat et qui peut prétendre à près de 4 millions d'euros d'indemnités, veut maintenant rebondir après une expérience au final décevante à l'OL, où il était arrivé, avec des fonctions élargies, pour construire mais n'aura jamais réussi à convaincre, ni à remporter le moindre titre en l'espace de trois saisons. Un temps convoité par le FC Séville, l'ancien technicien lillois pourrait tout de même découvrir l'Espagne, et rapidement s'envoler vers le Pays Basque. Car il est annoncé comme le grand favori du président de Bilbao, Fernando García Macua. Il deviendrait alors le deuxième entraîneur français à prendre en mains l'Athletic, quinze ans après Luis Fernandez (1996-2000).