Puel: "C'était pas mal"

  • A
  • A
Puel: "C'était pas mal"
Partagez sur :

S'il admet que le match nul concédé devant Bordeaux ce dimanche soir ne constitue pas une bonne affaire sur le plan comptable, Claude Puel choisit néanmoins de retenir les progrès accomplis par son OL dans le jeu. L'entraîneur lyonnais, qui a jugé la prestation de Yoann Gourcuff intéressante, s'attend du reste à un championnat indécis jusqu'au bout.

S'il admet que le match nul concédé devant Bordeaux ce dimanche soir ne constitue pas une bonne affaire sur le plan comptable, Claude Puel choisit néanmoins de retenir les progrès accomplis par son OL dans le jeu. L'entraîneur lyonnais, qui a jugé la prestation de Yoann Gourcuff intéressante, s'attend du reste à un championnat indécis jusqu'au bout. Claude, estimez-vous avoir perdu deux points dans la course au titre ce soir ? C'est sûr que ce n'est pas une bonne affaire au niveau comptable. Maintenant, au niveau du contenu, c'était en bien nette progression par rapport à nos deux dernières sorties (à Nice en Coupe de France et contre Valenciennes en championnat, ndlr). C'était un match très costaud, face à une bonne équipe de Bordeaux. Il y avait beaucoup d'intensité physique, de la qualité également et c'est vrai qu'il est dommage, lors de nos temps forts en première période, de ne pas avoir ouvert la marque. Dans ce genre de confrontations, on sait que tout se joue sur des détails car on est vraiment tombé sur une belle équipe de Bordeaux qui a retrouvé beaucoup de consistance. Vous n'avez inscrit qu'un seul but lors des trois derniers matches. Que cela vous inspire-t-il? Les matches sont tous différents. Je pense que si on avait abordé de cette manière nos deux précédents matches, il y aurait eu un tout autre dénouement. Encore une fois, même s'il y a un manque au niveau comptable, je retiens tout de même le contenu. C'était pas mal. C'était un match de costaud et il nous a manqué très, très peu de choses. C'est vrai qu'en début de seconde mi-temps, on a deux belles possibilités. Sur la fin de match, on mérite peut-être de gagner aux points. C'est dommage de ne pas avoir réussi à ouvrir la marque sur nos temps forts. Cela nous aurait permis derrière de trouver plus d'espaces pour nous permettre de jouer encore plus. C'était un match très difficile, avec beaucoup de densité, des lignes très serrées, très compactes. Ça se joue sur pas grand-chose et on a manqué un peu de réussite en première période. "Un prochain match particulier" Par rapport à ce que vous attendez de lui, qu'avez-vous pensé de la prestation de Yoann Gourcuff contre ses anciens partenaires ? Je ne vais pas faire de cas particulier. Son match était intéressant sur le plan technique. Je pense que dans l'ensemble, toute l'équipe était bien. On a fait un match très, très sérieux. Il nous a manqué très peu de choses pour faire la décision. On a eu pas mal de situations. Au-delà des occasions que l'on s'est procurées, on a eu des situations que l'on n'a pas su exploiter. On a Michel (Bastos, ndlr) qui part tout seul au but et Yoann est hors-jeu. On a été pas mal sur les coups de pied arrêtés par rapport à nos précédentes sorties. On a créé pas mal de danger. On est en net progrès même si on est déçu, frustré, de rester sur un score vierge. Est-ce une grosse déception de ne pas avoir recollé au peloton de tête ? On sait que le championnat va être difficile jusqu'au bout. Chaque match va être très important. Chaque point va être important. Encore une fois, il faut s'attendre à un championnat très disputé jusqu'au bout. Le championnat est encore long et si on garde la capacité d'aborder nos prochains matches de cette manière, on sera dans la course. A nous de rester sur cette dynamique, sur cet investissement. Ce sont des bonnes bases pour aborder le prochain match, même si le prochain sera un cas particulier puisque c'est le derby et qu'on a énormément de joueurs qui vont se disperser sur tous les continents (en raison de la trêve internationale, ndlr) cette semaine. On va devoir répondre présent, le mois de février va être très important. Le mois de janvier nous a fait mal avec un match par semaine, cela nous a un peu dispersés.