PSG, tous ego

  • A
  • A
PSG, tous ego
Partagez sur :

Alors que se profile jeudi soir un huitième de finale retour de Ligue Europa difficile pour le Paris Saint-Germain face au Benfica Lisbonne, une guerre d'egos mine le groupe d'Antoine Kombouaré, battu à l'aller (2-1). Le président Robin Leproux est venu dégonfler certaines chevilles mardi au Camp des Loges et rappeler à ses joueurs l'importance des échéances à venir.

Alors que se profile jeudi soir un huitième de finale retour de Ligue Europa difficile pour le Paris Saint-Germain face au Benfica Lisbonne, une guerre d'egos mine le groupe d'Antoine Kombouaré, battu à l'aller (2-1). Le président Robin Leproux est venu dégonfler certaines chevilles mardi au Camp des Loges et rappeler à ses joueurs l'importance des échéances à venir. "Egoïstes". Au lendemain du nul concédé à domicile contre Montpellier (2-2), dimanche, en Ligue 1, Antoine Kombouaré n'a pas joué un remake de la célèbre pub pour le parfum de Chanel. Mais le coach parisien a haussé le ton en face de ses joueurs. Pas à l'encontre de leur individualisme sur le terrain. Mais en dehors. Premier visé: Guillaume Hoarau. Auteur d'une sortie peu appréciée sur Canal + à la mi-temps de PSG-Montpellier, l'international français s'en était pris de manière à peine voilée à Mevlüt Erding et Nenê. "Il ne va juste pas falloir commencer à faire son petit numéro chacun parce qu'on déjoue tout de suite. On recadrera certaines petites choses dans le vestiaire". Ce n'est pas dans celui du Parc des Princes mais dans celui du Camp des Loges qu'Antoine Kombouaré, lundi, puis le président Robin Leproux, mardi, ont "recadré certaines petites choses", comme le dit l'ex-Havrais. Leproux: "Des choses formidables à atteindre" "Il ne faut pas essayer de porter la responsabilité sur un autre, mais conserver un objectif commun, a exhorté le président sur le site du club. L'homme fort du PSG a également pris la défense de Nenê, cible des critiques de certains de ses coéquipiers et qui avait lâché après Montpellier, de manière un peu ironique: "Avant, j'étais la solution. Maintenant, je suis le problème". "C'est un joueur mature. Il sait ce qu'il a à faire. Le groupe sait très bien ce qu'il doit à Nenê. Il a distribué de nombreuses passes décisives sur les derniers matches. Il a inscrit beaucoup de buts pour nous." Toujours meilleur buteur du club (18 buts au total), le Brésilien est certes moins efficace depuis 2011. Mais ses récentes passes décisives à Nice, Lisbonne et contre Montpellier en font le leader offensif du PSG. Si les derniers jours étaient aux règlements de comptes en interne, Robin Leproux veut désormais que tout le monde range son ego au placard. S'il a trouvé ses joueurs "ni perturbés, ni inquiets" mais "concentrés sur leur objectif à la veille d'un huitième de finale de Ligue Europa face à Benfica", le président parisien a tout de même rappelé que les échéances à venir seront décisives. "Nous sommes engagés dans trois compétitions et avons des choses formidables à atteindre. On est à quatre points du second, on a plutôt réussi notre match aller face à Benfica. 2-1, c'est un score convenable. Nous avons également une demi-finale à jouer contre Angers. Ce sont de très belles perspectives et je tenais à rappeler cela aux joueurs après la déception subie face à Montpellier." Un rappel qui sonne comme un avertissement.