PSG-OM: Marseille riposte

  • A
  • A
PSG-OM: Marseille riposte
Partagez sur :

PSG-OM aura-t-il bien lieu le 7 novembre ? A la suite de l'interdiction formulée par la Ligue d'autoriser les déplacements de supporters marseillais vers la capitale, les dirigeants du club phocéen, réunis ce lundi soir avec les responsables des groupes de supporters, ont décidé de faire appel de cette décision. Dans un communiqué qui laisse entrevoir la menace d'un boycott pur et simple.

PSG-OM aura-t-il bien lieu le 7 novembre ? A la suite de l'interdiction formulée par la Ligue d'autoriser les déplacements de supporters marseillais vers la capitale, les dirigeants du club phocéen, réunis ce lundi soir avec les responsables des groupes de supporters, ont décidé de faire appel de cette décision. Dans un communiqué qui laisse entrevoir la menace d'un boycott pur et simple. Après « le clasico sans supporter des équipes visiteuses », décrété jeudi dernier par la Ligue nationale de football, se dirige-t-on vers un « pas de clasico du tout » le 7 novembre prochain, date de PSG-OM, comptant pour la 12e journée de Ligue 1 ? L'hypothèse est certes mince mais le club marseillais, par le biais d'un communiqué publié lundi soir sur son site internet, laisse pourtant entendre la possibilité d'un boycott pur et simple. Réunis en soirée avec les responsables des groupes de supporters, les dirigeants marseillais ont fait savoir que "si les conditions de sécurité ne sont pas réunies pour nos supporters alors le club estime qu'elles ne le sont pas aujourd'hui pour le staff, les joueurs et les dirigeants." Privé des 2000 places normalement allouées aux supporters pour monter dans la capitale, le club phocéen refuse catégoriquement de payer pour, selon lui, "les dérives des supporters parisiens" qui, eux non plus, n'ont évidemment pas reçu l'autorisation de se rendre au stade Vélodrome lors du match retour le 19 mars prochain. Jean-Claude Dassier et ses compères ont donc, dans un premier temps, décidé de faire appel de "la décision de la Ligue de fermer les portes du Parc des Princes aux supporters marseillais." La balle revient dans le camp de la Ligue "Les Marseillais sont donc aujourd'hui punis de manière arbitraire et il nous semble injuste de stigmatiser le comportement des supporters marseillais, qui sont les seuls en France à subir ce type d'ostracisme, en les empêchant d'encourager leur équipe à Paris, stipule le communiqué. Dans le cas où aucun olympien ne pourrait venir soutenir son équipe, cela confirmerait donc que le problème des supporters parisiens n'est pas résolu et que des risques sécuritaires subsistent au Parc des Princes." Voilà qui ne manquera pas de faire froncer les sourcils à Robin Leproux, le président d'un Paris Saint-Germain décidé à faire le ménage dans les travées de son stade, de manière assez discutable parfois. La balle est clairement désormais revenue dans le camp de la Ligue qui s'exposerait, dans le cas où elle réaffirmerait sa volonté de ne pas voir de supporters marseillais monter à Paris dans un petit mois, à un éventuel refus des champions de France d'effectuer le déplacement. On se souvient qu'en 2006, Marseille avait décidé, dans un conflit similaire, de faire monter son équipe réserve, celle des « minots », affronter le PSG. Rien ne dit aujourd'hui que le clasico aura bien lieu le 7 novembre prochain, un peu plus de trois mois après la dernière opposition entre les deux clubs, dans le cadre du Trophée des Champions, au stade du...7 novembre de Radès.