PSG: Auteuil en colère

  • A
  • A
PSG: Auteuil en colère
@ Reuters
Partagez sur :

LIGUE 1 - Trois associations de la tribune Auteuil appellent au boycott de PSG-Bordeaux.

LIGUE 1 - Trois associations de la tribune Auteuil appellent au boycott de PSG-Bordeaux. Le torchon brûle entre Robin Leproux et une partie des supporters du Paris Saint-Germain. En réponse à des propos du président du club, trois groupes de la tribune Auteuil appellent au boycott de la rencontre face à Bordeaux samedi, lors de la 32e journée de Ligue 1. Le dirigeant du PSG avait stigmatisé dans la presse cette partie du Parc des Princes, estimant que la mixité n'était pas tout à fait respectée. Ses déclarations ont suscité une vive réaction de la part des Supras Auteuil, des Authentiks et des Grinta, qui ont publié un long communiqué commun dans lequel ils fustigent les propos de Leproux. "Nous aimerions savoir ce qu'il englobe dans cette notion de mixité. S'il s'agit d'un terme dont il use pour éviter de parler de la présence de "supporters de couleur" au stade, nous tenons à le rassurer: sa "mixité" est déjà présente dans toutes les tribunes du Parc des Princes. Toutes sauf une: la tribune Boulogne." Interrogé sur cette polémique sur le site officiel du club parisien, le président a tenu à apporter quelques précisions: "Sur des sujets aussi graves que la violence, le racisme et l'antisémitisme, je ne peux pas accepter que mes propos et ma pensée puissent être déformés. Notre seul but au PSG est celui d'une mixité complète au sein des tribunes." Le directeur de la sécurité pointé du doigt Les supporters de la tribune Auteuil veulent donner plus de poids à leur démarche en réclamant le boycott du match contre Bordeaux. Avec ironie, ils appellent "tous les voyous, casseurs, racailles, intégristes, barbares, anti-blancs, sauvageons des tribunes "mixtes" du Parc des Princes à ne pas se rendre au stade pour exprimer leur refus de cautionner les propos méprisables qui sont exprimés par la direction du club". Déjà contraint de jouer récemment des matches à huis clos en raison des incidents à l'extérieur du stade, les joueurs parisiens pourraient donc être une nouvelle fois privés d'une partie de leurs supporters au cours d'une partie dont le contexte devrait, une fois de plus (de trop) être tendue. Par ailleurs, les trois groupes de supporters estiment l'intérieur du club "gangrénée et verrouillée par certains éléments malfaisants, mais tout-puissants". Dans leur ligne de mire, Jean-Philippe d'Halivillée, le directeur de la sécurité. "Nous avons de fortes raisons de soupçonner que Leproux agit sous l'influence de Jean-Philippe d'Halivillée, qui a fait énormément de mal au club ces dernières années par sa volonté de ne jamais attaquer de face le problème du racisme, préférant contenter et combiner avec les indépendants afin d'assurer sa propre intégrité physique", peut-on lire dans le communiqué. Joints par téléphone vendredi, les responsables de la communication du club n'ont pas souhaité apporté de réaction officielle.