"PSA", une autre mécanique

  • A
  • A
"PSA", une autre mécanique
@ MAXPPP
Partagez sur :

RUGBY - Philippe Saint-André a pris ses fonctions de sélectionneur des Bleus. Un style nouveau.

Marc Lièvremont, c'est du passé. Le présent, c'est Philippe Saint-André. L'ancien trois-quarts international, nouveau sélectionneur des Bleus, a présenté son projet, vendredi, à Marcoussis. Le "Goret", comme il fut surnommé durant sa carrière, affiche plusieurs différences notables avec son prédécesseur, finaliste du Mondial en octobre dernier.

Un coach expérimenté. Deux grands clubs anglais (Gloucester, Sale) et deux institutions françaises (Bourgoin et Toulon) : le parcours d'entraîneur de "PSA" n'a pas grand-chose à voir avec celui, beaucoup plus court, de Lièvremont lorsqu'il a pris en charge les Bleus, en 2007. A l'époque, l'ancien troisième ligne ne pouvait se targuer, chez les pros, que d'un passage de deux saisons à l'US Dax. Et si le palmarès de Lièvremont est encore vierge, ce n'est pas le cas de son successeur qui a remporté le Challenge européen en 2005 mais aussi, et peut-être surtout, le championnat d'Angleterre avec Sale, en 2006. A la tête des Sharks, Saint-André a relancé plusieurs joueurs, à commencer par Sébastien Chabal, qu'il a remis sous les feux de l'actualité. Technicien reconnu, il a également mené Toulon en demi-finales du Top 14 lors de la saison 2009-10 avec un statut élargi de manager. Il le conserve chez les Bleus où il est étiqueté "entraîneur-manager".

Un staff resserré. C'est l'information principale de cette première conférence de presse. Saint-André va travailler avec un staff très resserré. Comme attendu, il s'est entouré de deux des techniciens les plus reconnus du rugby français, Patrice Lagisquet (Biarritz), pour les arrières, et Yannick Bru (Toulouse), pour les avants. En revanche, David Ellis, responsable de la défense, n'a pas été reconduit et aucun spécialiste du jeu au pied n'a finalement été engagé. "Comme on a très peu de temps, j'ai préféré resserrer le staff tout en sachant qu'il sera évolutif pendant quatre ans", s'est expliqué Saint-André, qui s'occupera directement de la défense en compagnie de Patrice Lagisquet. Il sera toujours temps de trouver un spécialiste ensuite.

Une communication maîtrisée. La période Marc Lièvremont est définitivement terminée. Pour avoir le sélectionneur des Bleus, il faudra désormais passer par l'attaché de presse de la Fédération, Lionel Rossigneux. Plus de petites phrases lâchées à la volée ou de réactions épidermiques, Saint-André maîtrise bien mieux les codes de la communication que son prédécesseur. Ce talent, il l'a aussi travaillé en exerçant le métier de consultant dans les médias. Enfin, "PSA" conserve de son passage au capitanat des Bleus une grande connaissance des arcanes de la Fédération, ce qui n'est jamais inutile quand on occupe le poste, central et exposé, de sélectionneur.

Un objectif affiché. Si les premiers mots de Lièvremont, il y a quatre ans, avait révélé un tempérament d'utopiste romantique, "PSA" est presque tout l'inverse. C'est un pragmatique pour lequel le résultat passe avant tout, y compris le beau jeu. "Je ne pense qu'au 4 février et tout faire pour gagner contre l'Italie. La Coupe du monde est dans quatre ans." D'emblée, "PSA" avance donc son objectif : gagner. Le premier match du Tournoi des six nations 2012 comme la Coupe du monde 2015, en Angleterre. Là où il a cultivé sa culture de la victoire.