Pro A, les (re)voilà !

  • A
  • A
Pro A, les (re)voilà !
Partagez sur :

Comme Tony Parker, qui a signé mercredi à l'Asvel, d'autres joueurs reviennent ou débarquent en Pro A cette saison. De Bobby Dixon à Hilton Armstrong, en passant par Pape Sy, Chandler Parsons et Nicolas Batum, la rédaction fait le tour des nouvelles têtes du championnat, qui débute vendredi soir par un match entre Dijon et Nancy. Profitez-en, plusieurs d'entre eux ne sont que de passage...

Comme Tony Parker, qui a signé mercredi à l'Asvel, d'autres joueurs reviennent ou débarquent en Pro A cette saison. De Bobby Dixon à Hilton Armstrong, en passant par Pape Sy, Chandler Parsons et Nicolas Batum, la rédaction fait le tour des nouvelles têtes du championnat, qui débute vendredi soir par un match entre Dijon et Nancy. Profitez-en, plusieurs d'entre eux ne sont que de passage... Bobby Dixon (Dijon) Ceux qui suivent la Pro A s'en souviennent forcément. Parce qu'il a marqué Le Mans lors de la saison 2008-09 autant qu'il a gêné Villeurbanne quelques mois plus tard. Après et un an et demi en Italie, à Trévise puis Brindisi où il tournait à 12,9 points, 4,3 rebonds et 2,9 passes de moyenne par match, le meneur de jeu américain (28 ans, 1,78 m) a choisi de revenir en Pro A. A Dijon, cette fois. Quel visage montrera-t-il ? "Je veux juste jouer dur et montrer aux gens que je suis encore bon, affirmait-il récemment sur Catch-and-Shoot.com. Je souhaitais revenir en France et me prouver que je vaux mieux que ce que j'ai montré à l'Asvel." Dans l'effectif de la JDA, promue cette année, il n'aura pas le droit de se louper. Même s'il aura Sean Marshall à ses côtés. Pape Sy (Gravelines-Dunkerque) S'il n'a disputé que quelques bouts de matches en NBA la saison dernière avec les Atlanta Hawks, pour un rendement aussi limité que son temps de jeu (2,3 points, 1 rebond en 7 minutes de moyenne), Pape Sy reste un renfort de poids pour Gravelines-Dunkerque. Christian Monschau, qui a coaché l'arrière français (23 ans, 1,99 m) au Havre avant son départ aux Etats-Unis, le trouve métamorphosé par son expérience outre-Atlantique. "Sa personnalité a évolué, confiait il y a peu dans La Voix des Sports l'entraîneur nordiste. Le fait d'être drafté, ça n'a pas été neutre. [...] Il a toujours eu une capacité à scorer, mais il avait une mentalité de joueur d'équipe. Ce qui s'est passé la saison dernière lui a donné la confiance pour aborder la compétition sous un autre angle." Nicolas Batum (Nancy) Un match a suffi à Nicolas Batum pour mettre tout le monde d'accord. Arrivé en provenance des Portland Trail Blazers après un été chargé en équipe de France, l'ailier tricolore (22 ans, 2,03 m) a choisi d'évoluer au Sluc pendant le lock-out, pas simplement pour se maintenir en forme. Et sa sortie contre Chalon-sur-Saône dimanche, lors du match des champions (22 points, 9 rebonds), a déjà séduit le public de Gentilly. "J'ai quitté la Pro A à l'âge de dix-neuf ans avec un titre de deuxième meilleur Français du championnat. Maintenant que Nando (De Colo) n'est plus là, j'aurais peut-être la première place..., expliquait-il dans Le Républicain Lorrain la semaine dernière. Non, sérieusement, j'ai envie de progresser ici et de voir où j'en suis par rapport à la Pro A et l'Euroligue." Chandler Parsons (Cholet) Arrivé à Cholet en qualité de pigiste médical de Robert Dozier, Chandler Parsons est le genre de joueur que la Pro A n'aurait sans doute jamais vu sans le lock-out. Formé à l'université de Florida en NCAA, la même que Joakim Noah, l'intérieur américain (23 ans, 2,05 m) avait été drafté cet été au deuxième tour par les Houston Rockets. Preuve qu'il a du potentiel. "C'est une très bonne opportunité. Cholet est une des meilleures équipes en France et elle a une grande histoire, assurait-il sur le site des Gators. Je suis content qu'ils aient été assez flexibles pour me permettre de jouer avec eux et de me laisser retourner en NBA quand le lock-out se terminera. Je pense que c'est bien de rester actif et de jouer. En plus, il y a beaucoup de talent là-bas donc je pense que je fais bien d'y aller." Hilton Armstrong (Villeurbanne) Le CV de Hilton Armstrong est aussi beau que son carnet d'adresses. Recommandé par le meneur All-Star des New Orleans Hornets, Chris Paul himself, à Tony Parker, le pivot américain (26 ans, 2,11 m) aux 277 matches en NBA sera l'une des attractions de la saison du côté de Villeurbanne. "C'est une fierté de l'accueillir, se réjouissait dans Le Progrès le vice-président de l'Asvel, qui a joué avec lui aux San Antonio Spurs. Chris Paul m'en a dit énormément de bien [...] Il aura un rôle majeur auprès des jeunes." Avec Jamie Skeen, Dijon Thompson et Phil Goss, eux aussi arrivés durant l'intersaison, il sera bien entouré. Pour peu que la mayonnaise prenne vite, le club rhodanien pourrait redorer son blason. Et aussi... D'autres joueurs vont également (re)découvrir la Pro A cette saison. A Chalon-sur-Saône, l'ancien arrière de Virginia Tech, Malcolm Delaney, aura la lourde tâche de faire oublier Marquez Haynes. Après une saison terne, Le Mans compte énormément sur son nouveau meneur de jeu Taylor Rochestie, qui se partagera les rôles avec Antoine Diot. Autre poste un en découverte, lui du côté de Pau-Lacq-Orthez, Mustafa Shakur arrive avec la lourde étiquette de NBAer en provenance des Washington Wizards. Le Paris-Levallois a lui décidé de donner sa chance à Philippe Da Silva, élément majeur de la Pro B depuis plusieurs années. Roanne tentera de tourner la page Ricky Davis avec John Holland et Andre Barrett. Strasbourg a préféré miser sur Lavoy Allen, qui avait été drafté par les Philadelphia Sixers, et Justin Harper.