Privées de Jeux !

  • A
  • A
Privées de Jeux !
Partagez sur :

Le rêve olympique de ces Tricolores-là est déjà passé... Samedi en demi-finales du tournoi de préqualification de Porec, les joueuses de Fabrice Vial n'ont pas fait de miracle. Face à des Néerlandaises présumées supérieures, les Françaises se sont inclinées trois sets à zéro, non sans avoir bataillé, abandonnant là leur ambition de rallier Londres en 2012.

Le rêve olympique de ces Tricolores-là est déjà passé... Samedi en demi-finales du tournoi de préqualification de Porec, les joueuses de Fabrice Vial n'ont pas fait de miracle. Face à des Néerlandaises présumées supérieures, les Françaises se sont inclinées trois sets à zéro, non sans avoir bataillé, abandonnant là leur ambition de rallier Londres en 2012. Il y avait trop d'obstacles à franchir pour y croire raisonnablement. Orphelines des cadres que sont Anna Rybaczewski, Armelle Faesch et Jelena Lozancic, privées des services d'Hélène Schleck en attaque, les Bleues pouvaient difficilement rivaliser avec des nations telles que la Croatie ou les Pays-Bas, cette semaine, dans le cadre du tournoi de préqualification olympique de Porec. De fait, malgré une belle victoire obtenue aux dépens de la Suède vendredi (3-0), les filles de Fabrice Vial n'ont pas eu leur mot à dire sur les bords de l'Adriatique. Déjà surclassées par les Croates au premier tour, les Christina Bauer et consorts ont été dominées par les Néerlandaises ce samedi en demi-finales, en dépit des 15 points de celle-ci. Un revers trois sets à zéro logique concédé face à la dixième sélection mondiale. Logique mais sévère. Si la première manche, empochée 25-14 par les Orange, a vu ce redoutable adversaire imposer sa puissance offensive et son aisance défensive, les Tricolores auraient sans doute mérité meilleur sort dans les deux actes suivants. Dans le deuxième, les Françaises auront ainsi deux opportunités de conclure, à 23-24 et 24-25, avant de craquer sur la marque de 27-25. Le troisième ne sera pas aussi frustrant mais verra les coéquipières de Pauline Soullard gaspiller un avantage de cinq points (4-9), pour un échec sonné à 25-20. Cruel... Lonneke Sloetjes et les Bataves étaient perchées haut mais semblaient accessibles à cette génération bleue en devenir. Les Jeux de Londres 2012 arrivaient de toute façon trop vite pour une sélection en reconstruction. Mais rendez-vous est d'ores et déjà pris pour Rio 2016 !