Prêts pour le choc

  • A
  • A
Prêts pour le choc
Partagez sur :

A une semaine du Clasico qui va opposer les deux géants d'Espagne à Santiago-Bernabeu, le Real Madrid et le FC Barcelone ont tranquillement répété leurs gammes, samedi soir, à l'occasion de la 15e journée de Liga. Les Merengue se sont imposés à Gijon (0-3), imités deux heures plus tard par les Catalans, faciles vainqueurs de Levante (5-0). Ça promet.

A une semaine du Clasico qui va opposer les deux géants d'Espagne à Santiago-Bernabeu, le Real Madrid et le FC Barcelone ont tranquillement répété leurs gammes, samedi soir, à l'occasion de la 15e journée de Liga. Les Merengue se sont imposés à Gijon (0-3), imités deux heures plus tard par les Catalans, faciles vainqueurs de Levante (5-0). Ça promet. A une semaine d'un Clasico, on s'épie, on s'observe... à distance. Comme c'est généralement le cas les week-ends précédant une semaine de Ligue des champions, le Real Madrid et le FC Barcelone étaient de sortie ce samedi soir pour la 15e journée de Liga. Avec un objectif commun pour les deux mastodontes du championnat espagnol: ne pas laisser de points en route, et éviter les blessures ou les suspensions malvenues. Fidèles à leurs habitudes, Madrilènes et Catalans se sont acquittés de cette tâche sans coup férir. Premiers à rentrer dans l'arène, les Merengue n'ont pas eu à forcer leur talent à Gijon (0-3). La question était de savoir comment José Mourinho allait gérer la suspension de Xabi Alonso, le métronome de son équipe. Sans l'ancien Red, le Real s'était incliné la saison passée à Saragosse (3-2) et contre... Gijon (0-1). Cette fois, avec Lassana Diarra aux côtés de Khedira au coup d'envoi, le leader du championnat a fait respecter la hiérarchie. Il a fallu attendre une grosse demi-heure pour que Di Maria, déjà dangereux un quart d'heure plus tôt sur une demi-volée boxée par Juan Pablo (19e), ne vienne débloquer la situation. Suite à une perte de balle de Suarez, l'Argentin, complètement excentré, profitait de l'anticipation du gardien du Sporting pour glisser un petit ballon au premier poteau (0-1, 35e). Dans une rencontre hâchée par les fautes, et notamment celles des Asturiens, le Real pouvait se contenter de gérer, avant de se mettre à l'abri grâce à l'inévitable Ronaldo, venu tromper Juan Pablo de près sur un caviar de Di Maria (0-2, 65e). Dans la foulée, Mourinho pouvait faire souffler Di Maria et Higuain, préféré à Benzema pour cette rencontre, ce qui laisse à penser que le Français sera titulaire à Amsterdam mercredi et Higuain samedi lors du Clasico, selon la règle de l'alternance prônée par le "Mou". Benzema, qui a vu son piqué frôler le poteau droit de Juan Pablo (89e), a manqué l'occasion de marquer des points, avant que Marcelo ne scelle le score de la rencontre (0-3). Le Barça en 3-4-3 A peine quelques minutes plus tard, sans doute informés de la 10e victoire consécutive de leurs rivaux en Liga (la 14e toutes compétitions confondues !), les Barcelonais entraient en piste à leur tour. En s'inclinant à Getafe (1-0) samedi dernier, les hommes de Pep Guardiola, relégués à trois longueurs du Real (avec un match de plus de disputé), avaient grillé un joker important. Comme face au Rayo Vallecano (4-0) en milieu de semaine, les Blaugrana n'avaient donc pas le droit à l'erreur contre Levante. Mais au Camp Nou, Lionel Messi et sa bande sont irrésistibles, et ils n'ont pas mis longtemps à le prouver: trois minutes et huit secondes, le temps pour Iniesta de trouver Fabregas d'une subtile talonnade, pour l'ouverture du score de l'ancien Gunner (1-0, 4e). Guardiola avait choisi de laisser Villa et Alves sur le banc, mais aussi de lancer tous ses créateurs (Iniesta, Fabregas, Xavi, Messi) dans un 3-4-3. S'il apparaît improbable que le "Mister" reconduise ce schéma très offensif à Bernabeu, Levante, face à cette abondance de biens, n'a pas fait le poids. Sur un coup franc de Xavi, Fabregas s'offrait un doublé de la tête (2-0, 33e), avant que le jeune Cuenca, plein de sang-froid, ne concrétise un parfait décalage de Messi (3-0, 37e). Après la pause, le Barça, déterminé à montrer sa force, repartait tambour battant. Messi répondait à Ronaldo en marquant à son tour son 17e but de la saison (4-0, 55e), avant le chef d'oeuvre de la soirée. De son poteau de corner, Abidal trouvait Sanchez qui, après une combinaison entre Xavi et Messi, et sur une merveille de passe dans l'intervalle de l'Argentin, récupérait le cuir dans la surface adverse pour achever Munua d'un lob génial. 5-0, c'était le score du premier Clasico la saison passée. De bon augure pour le Barça ?