Pozzato libère l'Italie

  • A
  • A
Pozzato libère l'Italie
@ Reuters
Partagez sur :

GIRO - Pozzatto offre à l'Italie sa première victoire à l'occasion de la 12e étape.

GIRO - Pozzatto offre à l'Italie sa première victoire à l'occasion de la 12e étape.Les tifosi commençaient sérieusement à s'impatienter. Onze jours de course dans ce 93e Tour d'Italie et pas encore la moindre victoire pour l'un des leurs. Inutile de dire que les coureurs de la Botte commençaient à ressentir une certaine pression que le maillot rose porté pendant deux jours par Vincenzo Nibali ne suffisait pas à faire redescendre. Mais jeudi, c'est le champion national en personne, Filippo Pozzato, qui a mis fin à la trop longue disette en s'adjugeant la 12e étape courue sur 206 kilomètres entre Citta Sant'Angelo et Porto Recanati. Le puncheur de la formation Katusha a fait parler sa pointe de vitesse pour régler un petit groupe royal parti à une dizaine de la ligne d'arrivée à la faveur d'une ultime côte de 3e catégorie.Une fois les trois courageux du jour, Rick Flens, Olivier Kaisen et Yuri Krivtsov repris par le peloton à moins de vingt kilomètres du but, la plupart des favoris piégés la veille à L'Aquila ont décidé de passer à l'offensive dans le final accidenté. Profitant d'une ultime portion montante, Alexandre Vinokourov, Ivan Basso, Nibali, Damiano Cunego, Michele Scarponi et Stefano Garzelli se faisaient la belle accompagnés de Pozzato mais aussi de Thomas Voeckler et Jérôme Pineau intéressés pour leur part par la seule victoire d'étape. Derrière, outre le maillot rose Richie Porte et Carlos Sastre, la principale victime se nommait Cadel Evans une fois encore mal placée au moment crucial.Evans s'énerve et joue des coudes...Le champion du monde, esseulé en tête du peloton, montrait même des signes de nervosité lors de la course poursuite derrière ses principaux rivaux pour la victoire finale. Il poussait d'abord du bras un équipier de Pozzato venu se caler devant lui dans le but de le ralentir avant d'être poussé à son tour par Daniele Righi avec qui l'escarmouche dura quelques secondes. Nul doute que cette petite altercation à pleine vitesse n'a pas échappé aux commissaires de course souvent intransigeant dans pareil cas. L'Australien a en tout cas concédé sur la ligne d'arrivée dix secondes sur Vino and co au terme d'une nouvelle journée délicate.Le Kazakh, dépossédé la veille de sa tunique de leader après l'échappée folle de 56 coureurs, a bien tenté de se refaire la cerise en allant chercher la victoire à Porto Recanati mais son accélération dans les ultimes hectomètres n'a pas surpris ses adversaires et en premier lieu Pozzato. Bien calé dans les roues, le champion d'Italie a lancé le sprint de loin et résisté jusqu'au bout au retour de Voeckler et Pineau qui s'étaient pourtant bien économisés en évitant les relais. Mais les deux Français, dont le second s'était imposé à Novi Ligure la semaine dernière, n'ont pas réussi à prolonger la disette italienne. Ce n'est pas faute d'avoir essayé.