Powell au rendez-vous

  • A
  • A
Powell au rendez-vous
Partagez sur :

Sans véritablement forcer son talent, Asafa Powell a réussi son entrée dans la Diamond League, dimanche à Shanghai. Pour le premier 100 m de sa saison, le Jamaïcain s'est imposé en 9"95 devant l'Américain Michael Rodgers (10"01). La réunion chinoise a également vu les Kényans signer les MPM sur 1 500 m et 3 00 m steeple. Liu Xiang, lui, est de retour après avoir battu Oliver sur 110 m haies.

Sans véritablement forcer son talent, Asafa Powell a réussi son entrée dans la Diamond League, dimanche à Shanghai. Pour le premier 100 m de sa saison, le Jamaïcain s'est imposé en 9"95 devant l'Américain Michael Rodgers (10"01). La réunion chinoise a également vu les Kényans signer les MPM sur 1 500 m et 3 00 m steeple. Liu Xiang, lui, est de retour après avoir battu Oliver sur 110 m haies. Beaucoup s'en contenteraient volontiers. 9"95 pour débuter la saison sur 100 mètres, Asafa Powell n'a pas déçu ce dimanche à Shanghai, s'imposant devant l'Américain Michael Rodgers (10"01). Car il ne fallait pas attendre de l'ancien recordman du monde de la distance un chrono de feu à l'occasion de la deuxième étape de la Diamond League. Absent à Doha pour l'ouverture de la compétition d'élite, Powell ne possédait pas de repères tranchants sur la distance reine. Et pour cause, il n'avait disputé jusque-là qu'un 4x100 m, fin avril aux Philadelphia Penn Relays, et deux 200 mètres dont le dernier ne lui avait pas laissé un souvenir exaltant: 8e et dernière place en 21"40 à Kingston, il y a 8 jours. Ce 7 mai, son compatriote Yohan Blake s'était d'ailleurs distingué en claquant 9"80 sur 100 m mais le vent était légèrement trop fort pour homologuer sa performance (+2,2 m/s). La Jamaïque continue de démontrer sa suprématie sur le sprint depuis trois ans et le début des ravages provoqués par Usain Bolt. En attendant que l'homme le plus rapide de la planète retrouve la compétition, Steve Mullings s'est emparé de la MPM de l'année avec ce 9"90 établi le 16 avril à Starkville. Bolt, Powell, Blake et Mullings, les sprinteurs caribéens peuvent faire très mal en 2011. Ce qu'espère de tout coeur la Chine entière à propos de Liu Xiang. Et il y a de quoi y croire. Liu Xiang renaît enfin A Shanghai, le champion olympique 2004 du 110 m haies a enregistré une victoire de prestige qui comptera certainement après presque trois années de galère, marquées, entre autres, par une opération au tendon d'Achille début 2009. Le Chinois s'est payé le scalp de David Oliver, l'homme fort des haies en 2010. L'Américain s'est contenté de la deuxième place, en 13"18, devant les 13"07 de Liu Xiang, nouvelle marque de référence cette année. A 27 ans, une deuxième carrière s'ouvre peut-être pour l'ancien recordman du monde. (12"88). Les Kényans, eux, ont maîtrisé sans surprise les épreuves de fond avec deux meilleures performances mondiales de l'année à la clé. Nixon Kiplimo Chepseba, 20 ans, a d'abord dominé le 1 500 m en 3'31"42, effaçant la précédente marque qu'il détenait jusque-là (3'31"84), avant que Brimin Kiprop Kipruto enregistre un nouveau chrono de référence sur le 3 000 m steeplechase (8'02"28), devant Paul Koech (8'02"42). Chez les dames, la nation forte africaine a également fait loi, à l'image du succès de Vivian Jepkemoi Cheruiyot sur 5 000 m : 14'31"92 (MPM).