Pour rester dans l'élite

  • A
  • A
Pour rester dans l'élite
Partagez sur :

A force d'aller de revers en revers dans cette Ligue mondiale, l'équipe de France n'a plus le choix. Elle doit battre la Corée du Sud mercredi et vendredi prochains pour rester dans l'élite mondiale. Et espérer construire une équipe susceptible de se qualifier pour les Jeux Olympiques de Londres en 2012.

A force d'aller de revers en revers dans cette Ligue mondiale, l'équipe de France n'a plus le choix. Elle doit battre la Corée du Sud mercredi et vendredi prochains pour rester dans l'élite mondiale. Et espérer construire une équipe susceptible de se qualifier pour les Jeux Olympiques de Londres en 2012. "Maintenant, il y la Corée du Sud. Ces deux matches-là, il faut qu'on les gagne. On a besoin de victoires, c'est le premier mot d'ordre". Interrogé par Sport+ au terme de la nouvelle défaite des siens contre Cuba (3-1), dimanche, Philippe Blain, le sélectionneur de l'équipe de France, ne croit pas si bien dire. Mercredi, à Pau, et vendredi, à Boulazac, les Bleus joueront leur place au sein de l'élite mondiale face à une sélection asiatique qui les a battus deux fois au début du mois (3-1, 3-1) dans cette même Ligue mondiale. Ce qui était censé n'être qu'un premier tournoi préparatoire aux Jeux Olympiques de Londres 2012 s'est révélé un vrai calvaire pour les coéquipiers d'Antonin Rouzier, pour finalement se transformer en mission sauvetage. Il faut dire que les Tricolores ont tout fait pour. Avec seulement deux victoires et huit défaites, les Bleus sont très loin du niveau de jeu affiché par leurs bourreaux. Inquiétant à un peu plus d'un an des Jeux Olympiques qui n'ont jamais semblé aussi loin pour les champions d'Europe 2009. Certes, le chantier était dantesque au lendemain de la piètre Coupe du monde 2010. Philippe Blain semble avoir réussi à "nettoyer" le vestiaire des problèmes internes qui l'ont gangréné jusqu'à l'explosion et l'expulsion d'Earvin Ngapeth lors du Mondial. Sur le terrain, en revanche, il reste du boulot. Les retraités Hubert Henno, Stéphane Antiga ou Olivier Kieffer n'ont pas été remplacés. Ceux qui sont appelés à les remplacer, comme Antonin Rouzier ou Nicolas Maréchal, tardent à prendre leurs responsabilités. Même si le Poitevin, désormais à Kedzierzyn-Kozle, en Pologne, est monté en puissance. Blain: "La meilleure des écoles" Des difficultés qui n'inquiètent pas outre mesure le sélectionneur tricolore, qui s'attendait à ce genre de problème avec un nouveau groupe sans expérience: "Ce groupe a bien compris le projet qui est d'aller se qualifier pour les Jeux [...] Depuis le début, je leur dis que si on y arrive, cela se passera forcément dans la difficulté et la sueur. Cela ne peut pas être facile. Là, on est en train de vivre un moment difficile, c'est la meilleure des écoles". Et pour ne pas risquer de redescendre d'une classe en disputant deux matches de barrage à l'extérieur, les Bleus devront battre la Corée du Sud à deux reprises. S'ils y parviennent, alors ils seront tranquilles et auront l'Euro (du 9 au 18 septembre) pour se préparer aux JO. Puis la Coupe du monde (du 20 novembre au 4 décembre) pour y parvenir. Encore faudra-t-il accrocher l'une des trois places qualificatives. Sans quoi la dernière chance des Bleus se jouera en mai et juin 2012, à l'occasion d'un tournoi continental puis d'un tournoi intercontinental qui distribueront les derniers tickets pour Londres.