Portugal, attention danger

  • A
  • A
Portugal, attention danger
Partagez sur :

Accroché à Zenica vendredi dernier (0-0), en barrages aller de l'Euro 2012, le Portugal espère "terminer le travail", dixit Cristiano Ronaldo, lors du match retour mardi soir. Si les hommes de Paulo Bento ont réalisé une belle opération en ramenant un nul de leur voyage en Bosnie-Herzégovine, ils ne sont pas à l'abri d'une cruelle désillusion.

Accroché à Zenica vendredi dernier (0-0), en barrages aller de l'Euro 2012, le Portugal espère "terminer le travail", dixit Cristiano Ronaldo, lors du match retour mardi soir. Si les hommes de Paulo Bento ont réalisé une belle opération en ramenant un nul de leur voyage en Bosnie-Herzégovine, ils ne sont pas à l'abri d'une cruelle désillusion. Pour une fois, Cristiano Ronaldo ne devrait pas entendre parler de Lionel Messi. Accueilli en fin de semaine dernière à son arrivée en Bosnie-Herzégovine par des supporters adverses qui, pour le chambrer, ont scandé le nom de son rival barcelonais, la star madrilène sera mardi soir sur ses terres, devant le public lisboète qui l'a vu éclore. Et ça tombe bien, car le Portugal a plus que tout besoin de sérénité pour préparer son barrage retour de l'Euro 2012. Cette sérénité qui, justement, avait manqué à "CR7" à Zenica, où il avait adressé un doigt d'honneur à quelques petits malins qui s'étaient incrustés à l'entraînement d'avant-match de la Selecçao pour à nouveau chanter "Messi, Messi, Messi" et lui pointer un laser sur le visage... Pour aller en Ukraine et en Pologne, l'été prochain, les joueurs de Paulo Bento ne devront pas se louper à Lisbonne. Le nul qu'ils ont obtenu vendredi dernier (0-0) est certes un bon résultat, mais il ne leur garantit rien. "C'est assez équilibré, affirme d'ailleurs Cristiano Ronaldo sur le site de l'UEFA. Bien sûr, nous jouerons dans de meilleures conditions, avec notre public derrière nous, mais ce sera tout aussi difficile. Nous avons obtenu un bon résultat à l'extérieur et nous devrons terminer le travail lors du match à domicile. Nous devons assumer le costume de favori car nous sommes une équipe qui a toujours une chance de gagner. Donc nous devons le prouver sur le terrain." Cela n'avait pas été le cas au Danemark, lors du dernier match des éliminatoires de la compétition. Les Portugais n'avaient besoin que d'un nul pour valider la place de leur groupe mais s'étaient finalement inclinés (1-2), ce qui les avait alors conduits en barrages face à la Bosnie. Tout sauf un cadeau. A l'aller, les partenaires de Vedad Ibisevic ont ainsi bien failli créer la surprise et comptent le faire au retour. "J'ai eu une occasion mais malheureusement il y a eu un faux rebond, se souvient l'attaquant bosnien. Ce but aurait eu une grande importance pour nous, mais il ne faut pas cracher sur ce résultat. L'atmosphère sera différente à Lisbonne mais je suis sûr qu'il y aura beaucoup de nos fans là-bas comme à chaque match à l'extérieur. Il est temps pour cette génération de participer à une compétition majeure et j'espère sincèrement que nous atteindrons notre objectif." Ce serait, pour la Selecçao, une grosse désillusion.