Porto, roi d'Europa

  • A
  • A
Porto, roi d'Europa
Partagez sur :

Après deux C1 (1987-2004) et une Coupe de l'UEFA (2003), le FC Porto a ajouté la Ligue Europa à son palmarès en battant mercredi à Dublin Braga (1-0) au terme d'une finale 100% portugaise. Une nouvelle fois, c'est Falcao qui a fait la décision et offert un deuxième trophée cette saison à une équipe de Porto qui, dimanche, tentera le triplé en jouant la finale de la Coupe du Portugal contre Guimaraes.

Après deux C1 (1987-2004) et une Coupe de l'UEFA (2003), le FC Porto a ajouté la Ligue Europa à son palmarès en battant mercredi à Dublin Braga (1-0) au terme d'une finale 100% portugaise. Une nouvelle fois, c'est Falcao qui a fait la décision et offert un deuxième trophée cette saison à une équipe de Porto qui, dimanche, tentera le triplé en jouant la finale de la Coupe du Portugal contre Guimaraes. Force est resté au favori ! Dans cette finale 100% portugaise qui faisait ressembler l'Aviva Stadium au stade du Dragon ou au stade AXA de Braga, le FC Porto, récemment auréolé d'un 25e titre de champion, a fait la loi face au «petit Poucet», Braga, au terme d'une finale qui ne restera pas dans les annales de la compétition. Les coups ont été nettement plus nombreux que les occasions de but et on se demande bien comment, dans un tel contexte, les deux équipes ont réussi à terminer à onze. A défaut de beau jeu, on aura vu un beau but, le 17e cette saison dans la compétition de la véritable révélation de cette Ligue Europa, le Colombien Falcao qui, en reprenant de la tête un centre millimétré de Guarin juste avant la pause, a offert à son équipe un quatrième sacre européen, le premier en Ligue Europa. Un sacre mérité pour une équipe qui, en 17 matches joués cette saison dans la compétition, n'en aura perdu que deux (1-0 face à Séville en 16e de finale retour et 3-2 à Villarreal en demi-finale retour) pour 13 victoires et un nul. Le tout avec à la clé 44 buts marqués, preuve de l'empreinte offensive donnée à ce FC Porto 2010-11 par celui qu'on appelle déjà le «Special Two», Andre Villas-Boas, considéré comme l'héritier du «One», José Mourinho, et devenu ce mercredi à Dublin le plus jeune entraîneur à avoir gagné une coupe européenne, à 33 ans. Avec déjà un titre de champion et une Ligue Europa à son actif, l'intéressé marche non seulement sur les traces de son aîné, qui avait remporté la Coupe de l'UEFA en 2003 à la tête de Porto avant d'enchaîner la saison suivante sur la Ligue des champions, mais il n'en a pas terminé puisque le champion du Portugal peut encore s'offrir un triplé dimanche à condition de battre le Vitoria Guimaraes en finale de la Coupe du Portugal. Un but 100% colombien Quant à Braga, il pourra sans doute regretter d'avoir été un peu trop timoré dans cette finale, préférant le défi physique au jeu, mais l'équipe dirigée par l'ancien attaquant de Porto, Domingos Paciencia, peut être fière de sa saison européenne, la première attaquée en C1, puis poursuivie en Ligue Europa au bénéfice de sa troisième place dans un groupe comprenant le Shakhtar Donetsk, Arsenal et le Partizan Belgrade. Les supporters du club se souviendront sans doute longtemps de ce périple européen, passé notamment par des victoires sur Arsenal, Liverpool et Benfica. L'épilogue aura donc été moins heureux, même si la première occasion aura été pour Custodio dont la demi-volée file à côté (4e). Porto tente de s'installer dans la partie et se crée à son tour une opportunité sur un numéro côté droit du puissant Hulk, qui, lui aussi, ne cadre pas (7e). De belles promesses cependant non tenues par les deux équipes qui se distinguent surtout lors du premier acte par leurs capacités à se mettre des coups, particulièrement Braga, qui parvient à terminer la première mi-temps à onze en dépit d'un véritable attentat par derrière de Silvio sur Hulk, seulement sanctionné d'un jaune (30e). Si le Sporting vire à la pause à onze contre onze, il accuse cependant un but de retard, marqué juste avant le retour aux vestiaires par l'inévitable Falcao, qui reprend imparablement de la tête un centre parfait de l'ancien Stéphanois Guarin pour son 17e but de la saison (100% colombien) dans la compétition, record à la clé (44e). Le plus dur semble fait à la mi-temps pour le champion du Portugal qui se fait cependant une grosse frayeur au retour sur la pelouse lorsque Mossoro, tout juste entré en jeu, chipe le ballon dans les pieds de Fernando et file au but, mais sa frappe croisée est sortie du pied par un Helton décisif (46e). Le gardien de Porto se lance ensuite dans une aussi lointaine que décisive sortie sur un contre adverse (58e) avant de tenir la baraque jusqu'au terme d'une partie qui n'aura jamais réellement décollé. Le plus adroit a finalement été récompensé, s'il parvient à conserver les Falcao, Hulk et autres Guarin, ce FC Porto pourrait faire mal la saison prochaine sur un autre front européen, celui de la Ligue des champions...