Porto, à nous deux l'Europe

  • A
  • A
Porto, à nous deux l'Europe
Partagez sur :

Sacré champion du Portugal dimanche pour la 25e fois, le FC Porto a désormais tout le loisir de se consacrer aux deux autres compétitions dans lesquelles les Dragons entendent bien briller: Jeudi, place à la Ligue Europa avec un quart de finale aller à négocier à domicile face au Spartak Moscou. Mais la formation entraînée par le prometteur André Villas-Boas vise bien plus loin que ce tour.

Sacré dimanche champion du Portugal pour la 25e fois, le FC Porto a désormais tout le loisir de se consacrer aux deux autres compétitions dans lesquelles les Dragons entendent bien briller. Jeudi, place à la Ligue Europa avec un quart de finale aller à négocier à domicile face au Spartak Moscou. Mais la formation entraînée par le prometteur André Villas-Boas vise bien plus loin que ce tour. L'histoire se répète. Huit ans après, l'équipe du FC Porto marche sur les traces de sa devancière qui, sous la houlette de Jose Mourinho, avait raflé le doublé coupe-championnat et la feue Coupe de l'UEFA. « Mou » avait mis la barre très haute pour sa première année chez les Dragons. André Villas-Boas espère imiter en 2011 celui qu'il accompagna jusqu'en 2009 de Porto à l'Inter, en passant par Chelsea qui plus est, dans les mêmes fonctions attribuées au Special One par Bobby Robson en son temps. Depuis dimanche dernier, le jeune technicien (33 ans) a rempli une partie du challenge en menant l'institution portugaise à un 25e titre, obtenu à la 25e journée, grâce à un succès 2-1 sur la pelouse d'un des grands rivaux du pays, le Benfica. Les Lisboètes devraient se rattraper en Coupe, eux qui ont remporté la demi-finale aller (2-0) au stade du Dragon. Porto devra réaliser un petit exploit, le 19 avril au retour, pour maintenir ses chances de triplé. Mais la priorité désormais se situe sur le Vieux Continent. Et non pas à cause des propos de Valeri Karpin, l'entraîneur du Spartak, son adversaire en quart de finale. Porto aime les Russes "Ils sont les favoris pour remporter la compétition, j'aurais aimé les affronter en finale", avait déclaré l'ex-milieu du Celta Vigo, privé par l'OM des huitièmes de finale de la Ligue des champions. Une manière de mettre un peu de pression sur Hulk et compagnie, vainqueurs du CSKA Moscou au tour précédent. Les Russes réussissent plutôt bien au double vainqueur de la C1 (1987, 2004) avec un bilan continental de quatre victoires et deux nuls (à chaque fois devant le CSKA). Le statut de préféré des bookmakers, avec Villarreal, n'est effectivement pas galvaudé vu le CV des huit dernières équipes. Villas-Boas en est parfaitement conscient. Même si cela l'agace parfois d'être comparé en permanence à Mourinho, il succèderait bien volontiers à son mentor comme vainqueur d'une C3 avec Porto. Il pourra alors rêver de brandir la coupe aux grandes oreilles...