Plus le droit à l'erreur

  • A
  • A
Plus le droit à l'erreur
Partagez sur :

L'équipe de France est dos au mur. Opposés à la Serbie mercredi à Belgrade, les Bleus, qui restent sur un nul décevant face à la Roumanie (1-1), doivent absolument s'imposer s'ils veulent conserver une chance de finir premier de leur groupe et ainsi obtenir leur qualification directe pour la prochaine Coupe du monde.

L'équipe de France est dos au mur. Opposés à la Serbie mercredi à Belgrade, les Bleus, qui restent sur un nul décevant face à la Roumanie (1-1), doivent absolument s'imposer s'ils veulent conserver une chance de finir premier de leur groupe et ainsi obtenir leur qualification directe pour la prochaine Coupe du monde. La situation est compliquée mais pas désespérée. Sur un plan comptable, l'équipe de France peut encore finir première du groupe 7 des éliminatoires de la Coupe du Monde 2010. Mais pour espérer décrocher leur billet pour l'Afrique du Sud, les Tricolores doivent absolument obtenir un résultat face à la Serbie, mercredi à Belgrade.Car les hommes de Raymond Domenech, qui s'étaient imposés à l'aller il y a un an (2-1), comptent pour l'instant quatre points de retard sur leurs adversaires du soir, leaders de la poule. En cas de succès, Thierry Henry et ses coéquipiers reviendraient ainsi à une longueur des Serbes, qu'ils pourront encore espérer doubler sur le fil lors deux dernières journées(*). Mais un succès leur permettrait également de garder leurs distances avec l'Autriche, qui se déplace en Roumanie mercredi, et ainsi de conforter leur deuxième place synonyme de qualification pour les barrages.Reste qu'à l'image de la prestation fournie samedi au Stade de France face à la Roumanie (1-1), les Bleus sont loin d'être sereins. Malgré une réelle envie de bien faire et de nombreuses occasions à leur actif, les Tricolores ont de nouveau péché dans la finition comme c'est le cas depuis plusieurs mois déjà (seulement cinq buts lors de leurs huit derniers matches).Domenech sur la sellette ?Une carence qui n'inquiète pas outre-mesure Yoann Gourcuff, conscient des efforts supplémentaires à fournir pour espérer prendre à défaut la défense serbe construite autour du joueur de Manchester United Nemanja Vidic: "On pourrait mieux faire tourner le ballon, mieux déplacer le bloc adverse pour essayer de faire courir l'adversaire en attendant une faille. On a parfois tendance à vouloir aller tout de suite marquer le but, je pense qu'on peut s'améliorer là-dessus".De plus en plus contesté, Raymond Domenech joue une grande partie de son avenir sur cette rencontre. Si le sélectionneur tricolore a indiqué lundi qu'il régnait une "ambiance incroyable" dans le groupe, la polémique sur les propos vraisemblablement tenus par Thierry Henry laissent à penser que son discours ne passe pas aussi bien qu'il le prétend auprès des joueurs. En cas d'échec au Marakana de Belgrade, la Fédération française de football, qui avait décidé de reconduire Raymond Domenech à l'issue de l'Euro 2008 et qui lui a renouvelé sa confiance, pourrait alors revoir sa position.(*) Les Bleus accueilleront les Iles Féroé et l'Autriche, alors que les Serbes recevront la Roumanie avant d'aller en Lituanie.