Plus fort que la douleur !

  • A
  • A
Plus fort que la douleur !
Partagez sur :

Les Celtics sont toujours en vie. Dans les cordes après avoir perdu les deux premières manches à Miami, Boston a en effet repris espoir en remportant le match 3 de sa demi-finale de Conférence face au Heat 97-81, revenant ainsi à 2-1 dans la série. Un succès capital évidemment marqué par les 28 points et 18 rebonds de Kevin Garnett mais également par le courage de Rajon Rondo, décisif sans le dernier quart malgré un coude gauche déboîté !

Les Celtics sont toujours en vie. Dans les cordes après avoir perdu les deux premières manches à Miami, Boston a en effet repris espoir en remportant le match 3 de sa demi-finale de Conférence face au Heat 97-81, revenant ainsi à 2-1 dans la série. Un succès capital évidemment marqué par les 28 points et 18 rebonds de Kevin Garnett mais également par le courage de Rajon Rondo, décisif sans le dernier quart malgré un coude gauche déboîté ! Willis Reed, sors de ce corps ! Il y a en effet du Willis Reed dans la performance de Rajon Rondo, ce samedi. A l'instar de l'ancien pivot new yorkais, héros du match 7 des Finales NBA en 1970 après avoir inscrit les deux premiers paniers de son équipe face aux Lakers alors qu'un grave blessure à la cuisse le donnait forfait, le meneur des Celtics a en effet montré la voie à ses partenaires et sans doute été une source d'inspiration. Premier artisan de cette victoire synonyme d'espoir pour les Celtics, Kevin Garnett le reconnaissait d'ailleurs sans peine à l'issue de la rencontre. "Il est incroyable. Sa présence dans le dernier quart a été une leçon de courage pour tout le monde. J'espère qu'il pourra être rétabli dès lundi car l'équipe n'est pas la même avec ou sans lui", expliquait ainsi KG à l'issue de la rencontre. Si le staff de la franchise entendait d'ailleurs se montrer prudent pour le match 4, Rondo a pour le moins fait preuve d'une certaine résistance à la douleur. Victime d'une luxation du coude gauche, dans le troisième quart, après une chute consécutive à une faute de Dwyane Wade, le jeune meneur n'a pas hésité en effet à faire son retour à l'entame de la dernière ligne droite et, le bras gauche immobile le long de son corps, il s'est même payé le luxe de deux paniers près du cercle avec une seule main. "J'avais juste à dirigé le jeu, minimisait pourtant le héros du jour, l'équipe n'avait pas besoin de mes points, il fallait juste que je mène le jeu, avec mes jambes et ma bouche." Le plus dur avait sans doute déjà été fait et Shaquille O'Neal, pour son retour, pouvait également se contenter d'une brève apparition avec 2 points en 8 minutes. Alors que le Heat avait viré en tête à mi-parcours (46-48), les Celtics avaient en effet profité d'un troisième quart à sens unique pour faire la différence. Portés par un Kevin Garnett dominateur près du cercle et un Paul Pierce en verve à longue distance, le premier compilant 28 points et 18 rebonds pendant que le second signait un 5 su 7 à trois points pour 27 points, les troupes de Doc Rivers n'avaient déjà plus qu'a entretenir les 11 points d'avance acquis à l'attaque de dernier acte. Ce qui fut fait et bien fait, notamment grâce à une défense particulièrement performante sur les stars floridiennes. "Ils nous ont posé beaucoup de problèmes ce soir grâce à leur défense. Elle a été très agressive et on a eu du mal à mettre notre jeu en place. Le mérite leur en revient. On se doutait bien qu'ils allaient réagir", devait bien avouer Dwyane Wade, 23 points et 7 passes au compteur. Car Mario Chalmers, 17 points à 7 sur 9 et Joel Anthony, 12 points et 11 rebonds, ont bien tenté de prendre le relais, mais il en aurait fallu bien plus pour faire oublier le 6 sur 16 d'un LeBron James limité à 15 points ou la discrétion de Chris Bosh, seulement 6 points et 5 rebonds en 30 minutes. "Si certains en doutaient encore, on a pu pleinement comprendre, ce soir, combien il est difficile de mettre un champion à terre", soufflait Erik Spoelstra. La performance de Rajon Rondo en atteste...