Plus de Vendée pour Desjoyeaux

  • A
  • A
Plus de Vendée pour Desjoyeaux
Partagez sur :

VOILE - Double vainqueur du Vendée Globe, Michel Desjoyeaux a annoncé vouloir renoncer au tour du monde en solitaire.

Michel Desjoyeaux a annoncé mardi, lors d'un entretien accordé à l'agence Reuters, qu'il ne participerait pas au prochain Vendée Globe, prévu en 2012. Le skipper de Foncia, qui a remporté le tour du monde en solitaire à deux reprises (2001 et 2009), préfère se concentrer sur d'autres projets et notamment la Route du Rhum 2010. Dimanche, le "Professeur" prendra le départ de la Transat Jacques-Vabre en compagnie de Jérémie Beyou. Reverra-t-on Michel Desjoyeaux au départ du Vendée Globe ? "Ni le prochain en 2012, ni celui d'après", a répondu l'intéressé mardi dans un entretien accordé à l'agence Reuters. Fin de l'histoire entre un marin et une course qui se sont nourris l'un et l'autre de leur aura respective ? "D'un autre côté, seuls les imbéciles ne changent pas d'avis", s'est empressé d'ajouter le marin de la Forêt-Fouesnant comme pour entretenir cette forme de liberté dont il est l'un des seuls aujourd'hui dans le milieu à pouvoir jouir aussi facilement. Alors, vraie confession ou simple pied de nez ? Difficile de déchiffrer les ambitions du double vainqueur du tour du monde en solitaire.Plus beau palmarès de la voile en solitaire, lui qui compte aussi trois Solitaire du Figaro (1992, 1998 et 2007), une Transat Jacques-Vabre (2007), une Transat anglaise (2004) ou encore une Route du Rhum (2002) à son compteur, Michel Desjoyeaux bénéficie aujourd'hui à 44 ans, fort d'une reconnaissance qui dépasse de loin le simple monde de la voile, du luxe de pouvoir choisir. "La liberté de pouvoir choisir une autre direction, telle ou telle reconversion, ou de justifier enfin mon surnom de 'Professeur' en choisissant de transmettre mon savoir", avance-t-il. Alors quand la plupart de ses concurrents malheureux de la sixième édition ont choisi de repartir pour un tour, les uns comme Vincent Riou, Jean-Pierre Dick ou Yannick Bestaven avec des projets déjà bien ficelés, les autres comme Sébastien Josse, Bernard Stamm, Jérémie Beyou ou encore Yann Eliès sans garantie, lui prend donc, comme il aime si souvent le faire, le contrepied de ses petits camarades."Pas envie de m'endormir sur mes lauriers"Blasé Mich' Desj' ? On pourrait le croire quand il évoque sa victoire : "Le manque de bagarre m'a frustré. Quand elle a eu lieu, je n'étais pas là puisque j'avais dû faire demi-tour. Une fois revenu dans le match, elle a duré juste 15 jours. Après, j'ai fait cavalier seul. Le rêve aurait été une bagarre à dix dans le dernier mois." Mais le skipper de Foncia s'empresse là encore de tordre le cou aux préjugés : "J'aime toujours autant naviguer, gagner, décortiquer un classement à l'arrivée, grappiller un mille ou une heure. Donc hors de question de prendre ma retraite ! Je n'ai juste pas envie de m'endormir sur mes lauriers. Si je m'étais endormi après telle ou telle victoire, je n'aurais pas ce palmarès. J'ai toujours envie de me botter le cul, pas d'aller faire le patachon à Saint-Trop'."Cinquième de la Solitaire du Figaro 2009, vainqueur de l'Istanbul Europa Race, le Finistérien n'est pas rassasié. Au départ dimanche, en compagnie de Jérémie Beyou, de la Transat Jacques-Vabre dont il est le tenant du titre, il s'alignera en 2010 sur la Route du Rhum. Et après ? De quoi peut-on rêver quand on a déjà presque tout gagné ? De desseins inachevés... Quels sont-ils ?"On regarde tout cela avec Foncia. En fait, on s'est donné un an pour savoir ce qu'on allait faire, avoue-t-il dans les colonnes du Télégramme. Ce qui est sûr, c'est qu'il va falloir se régénérer, penser à un autre bateau. Oui, j'ai déjà des idées en tête mais je prends mon temps."