Plein pot et plein ouest

  • A
  • A
Plein pot et plein ouest
Partagez sur :

24 heures après le départ de la Transat Jacques-Vabre, donné mercredi à 15h, la flotte a déjà quitté la Manche, poussée par un fort vent de sud qui a permis aux 35 tandems de faire un cap plein ouest à vive allure. Du coup, les écarts restent faibles, avec un duo Virbac-Paprec-PRB aux commandes en Imoca et un Banque Populaire qui a connu un retard à l'allumage.

24 heures après le départ de la Transat Jacques-Vabre, donné mercredi à 15h, la flotte a déjà quitté la Manche, poussée par un fort vent de sud qui a permis aux 35 tandems de faire un cap plein ouest à vive allure. Du coup, les écarts restent faibles, avec un duo Virbac-Paprec-PRB aux commandes en Imoca et un Banque Populaire qui a connu un retard à l'allumage. "C'est sport et humide" ! Tel est le parfait résumé, fait à la vacation de jeudi par Jérémie Beyou, à bord de Virbac-Paprec, des 24 premières heures de course sur la Transat Jacques-Vabre. Partie pleine balle cap à l'ouest poussée par un vent de sud oscillant entre 20 et 35 noeuds, la flotte de cette dixième édition, répartie en trois classes (Imoca, Multi 50, Class 40), ne s'est pas éternisée en Manche, ce dont s'étonnait presque le pourtant très expérimenté Kito de Pavant (Groupe Bel), le plus au sud du peloton de tête jeudi dans la catagorie des monocoques de 60 pieds (Imoca). "La première nuit a été conforme à ce qu'on attendait, tonique, très humide et très mouvementée, avec pas mal de manoeuvres. Je n'ai jamais «démanché» (quitté la Manche, ndlr) aussi vite. On a essayé d'être prudents parce qu'il y avait pas mal de mer et beaucoup de vent." Malgré ces conditions musclées, la flotte semble être sortie relativement indemne de ces premières heures de course - seule avarie notable, celle du Class 40 Comiris-Pôle Santé Elior (Class 40) qui a fait demi-tour, tandis que Lecoq Cuisine (Class 40) a abandonné, le dos de son propriétaire, Eric Lecoq n'ayant pas supporté les chocs des 24 premières heures de course -, même si certains ont connu des retards à l'allumage comme Cheminées Poujoulat (Bernard Stamm-Jean-François Cuzon) et Banque Populaire (Armel Le Cléac'h-Christopher Pratt), handicapés au départ par des problèmes de drisse, que détaille pour le second Pierre Emmanuel Herrisé, directeur technique de Banque Populaire: "Le point d'ancrage textile, situé en haut du mât, a lâché, ce qui a fait tomber la voile dans l'eau. Armel et Christopher ont eu les bons réflexes et ont réussi à le remonter à bord, malgré le poids. Mais nous ne savons pas pour le moment quand ils vont pouvoir le réparer. Ils ont donc installé le petit gennaker, ce qui n'est pas un handicap avec le vent fort qu'ils ont depuis le début de la course. D'ailleurs, certains bateaux avaient pris parti de mettre le petit dès le départ." Du vent jusqu'à la fin de la semaine Si les deux marins, cités avant le départ comme faisant partie du «Top 5» des favoris, ont eu le bon réflexe, ils n'en ont pas moins perdu de précieux milles, relégués jeudi à 18 milles des deux leaders, Virbac-Paprec (Jean-Piere Dick-Jérémie Beyou) et PRB (Vincent Riou-Hugues Destremeau), qui naviguaient à vue en début d'après-midi. De quoi s'étalonner d'entrée en vitesse pure: "On est juste à côté de notre camarade PRB, confirme Jérémie Beyou. Il y a des moments où il va mieux, d'autres c'est nous, ça aide à ne pas lâcher, ça fait un peu d'émulation, c'est bénéfique." La suite du programme ? Tous s'apprêtaient dans en fin d'après-midi jeudi à toucher une bascule du vent à l'ouest qui va leur permettre de virer de bord et de faire cap au sud-sud-ouest, sur la route directe, mais avec des conditions de vent encore soutenues et instables, au moins jusqu'à la fin de la semaine. Au niveau des classements, en dehors de la classe Imoca, évoquée ci-dessus et encore très compacte (les neuf premiers se tiennent en 25 milles, Mirabaud, Gamesa, DCNS et Bureau Vallée étant légèrement décrochés), les quatre favoris en Multi 50 ont logiquement pris les devants, mais avec des options plus ou moins tranchées: Maître Jacques (Loïc Féquet-Loïc Escoffier) a choisi de faire une route plus au nord pour garder de la vitesse plus longtemps au moment d'aller chercher la bascule, quitte à perdre sur la route directe, tandis que Crêpes Whaou ! (Franck-Yves Escoffier), Actual (Yves Le Blévec-Sam Manuard) et Prince de Bretagne (Lionel Lemonchois-Matthieu Souben) ont davantage misé sur une trajectoire à l'ouest. En Class 40, la course de vitesse plein ouest profite pour l'instant aux expérimentés Yannick Bestaven-Eric Drouglazet (Aquarelle.com), devant les Anglais Ned Collier-Wakefield-Sam Goodchild (Concise 2) et Stéphane Le Diraison-Thomas Ruyant (Bureau Veritas-Destination Dunkerque).