Planus, c'est du solide

  • A
  • A
Planus, c'est du solide
Partagez sur :

Si Bordeaux reste sur deux victoires en Ligue 1 avant la réception de Monaco, dimanche après-midi lors de la 27e journée, Marc Planus y est pour quelque chose. Le défenseur des Girondins, qui a effectué son retour dans le groupe il y a quinze jours sans jouer contre Auxerre (3-0), a stabilisé la défense aquitaine à Brest (3-1). "Il nous a fait du bien", a d'ailleurs confirmé Jean Tigana.

Si Bordeaux reste sur deux victoires en Ligue 1 avant la réception de Monaco, dimanche après-midi lors de la 27e journée, Marc Planus y est pour quelque chose. Le défenseur des Girondins, qui a effectué son retour dans le groupe il y a quinze jours sans jouer contre Auxerre (3-0), a stabilisé la défense aquitaine à Brest (3-1). "Il nous a fait du bien", a d'ailleurs confirmé Jean Tigana. Bordeaux en avait bien besoin. En pleine crise après le bouillon bu à Lorient (1-5) il y a à peine trois semaines, au point que le siège de Jean Tigana a failli sauter, les Girondins ont retrouvé un peu de confiance et de sérénité à la faveur de leurs deux derniers succès en championnat, contre Auxerre (3-0) et à Brest (1-3). Deux rencontres auxquelles Marc Planus a participé de près ou de loin. Le défenseur international, longtemps absent en raison d'une blessure au genou, a d'abord réintégré le groupe bordelais avant la réception de l'AJA, sans jouer. Et depuis, le club au scapulaire gagne. Une coïncidence ? Pas vraiment. Car contre le Stade Brestois, le week-end dernier, Marc Planus était titulaire et s'est montré d'une assurance tout risque dans l'axe aux côtés de Michaël Ciani, notamment en première période, avec plusieurs interventions pleines de maîtrise et d'expérience. "Il nous a fait du bien, a d'ailleurs confirmé Jean Tigana dans les colonnes de Sud-Ouest après la rencontre. Mais j'ai eu peur qu'il sorte car il a été victime de crampes." Le manque de rythme, sûrement, lui qui n'avait disputé qu'une seule mi-temps en Ligue 1 cette saison. C'était... contre Brest à Chaban-Delmas, pour une défaite des Girondins (0-2). Bordeaux veut (enfin) passer la troisième Plus que son physique, c'est sa lecture du jeu et sa communication qui ont stabilisé l'arrière-garde aquitaine. "Marc nous parle beaucoup", a témoigné le milieu de terrain Jaroslav Plasil. Le défenseur girondin n'est pas un déménageur, mais il sait anticiper et faire le bon geste, le bon tacle, et trouver les bons mots. Tout ça au bon moment. Seul bémol à sa prestation, son mauvais dégagement de la tête qui a permis à Brahim Ferradj de réduire l'écart à deux buts à un (87e). Heureusement pour Bordeaux sans conséquence. Mais les Bordelais peuvent-ils vraiment lui en vouloir, vu ce qu'il a apporté ? Selon toute vraisemblance, le défenseur devrait donc être reconduit en charnière centrale face à Monaco, dimanche après-midi, lors de la 27e journée de Ligue 1. Une rencontre qui peut permettre aux Bordelais de basculer pour de bon dans la partie "européenne" du classement, pour peu que les autres résultats leur soient favorables. Jamais en 2010-11 les partenaires de Cédric Carrasso n'ont aligné trois victoires consécutives en championnat. Depuis qu'il est revenu d'Afrique du Sud, après la Coupe du monde 2010, Marc Planus n'a lui jamais pu enchaîner deux matches de suite. Il a là l'occasion de définitivement lancer sa saison. Bordeaux aussi.