Pjanic: "Beaucoup de plaisir !"

  • A
  • A
Pjanic: "Beaucoup de plaisir !"
Partagez sur :

Annoncé sur le départ à un moment de l'été, Miralem Pjanic n'a à l'évidence pas l'intention de partir. Le club lyonnais et lui, d'ailleurs, discutent actuellement d'une éventuelle prolongation. Surtout, le jeune Bosnien se sent heureux, "libéré, dans ce nouvel OL version Rémi Garde. Il clame son bien-être, son plaisir, le martèle même, à l'heure de ce déplacement à Brest où il pourrait retrouver une place de titulaire.

Annoncé sur le départ à un moment de l'été, Miralem Pjanic n'a à l'évidence pas l'intention de partir. Le club lyonnais et lui, d'ailleurs, discutent actuellement d'une éventuelle prolongation. Surtout, le jeune Bosnien se sent heureux, "libéré, dans ce nouvel OL version Rémi Garde. Il clame son bien-être, son plaisir, le martèle même, à l'heure de ce déplacement à Brest où il pourrait retrouver une place de titulaire. Avec deux jours de recul, que vous reste-t-il déjà de ce barrage aller face au Rubin Kazan (3-1) ? Ce fut une belle soirée dont on est tous ressortis contents. On avait à coeur de réussir un bon résultat, on l'a fait. C'est sûr qu'avant le match, l'objectif était aussi de ne pas encaisser de but, mais leur ouverture du score ne nous a pas découragés et nous avons livré ensuite un match énorme. Au final, on a pris beaucoup de plaisir. Deux déplacements à venir désormais : Brest, puis Moscou, un peu le grand écart en somme... Comment abordez-vous ces deux rencontres ? C'est vrai qu'un long voyage nous attend lundi, cinq heures de vol, tout cela ne sera pas évident... Mais dans nos têtes, on se prépare d'abord à aller chercher la victoire à Brest. On veut rester parmi les premiers en championnat et on va donc y aller pour gagner. Après, la fatigue, elle est pour tout le monde. Et puis, c'est une question d'état d'esprit : c'est sûr qu'il y a de la fatigue, mais on peut gagner avec la fatigue et ce ne sera pas une excuse ! Mais pensez-vous pouvoir continuer longtemps en mettant autant de rythme, en jouant avec aussi peu de calculs ? Personne ne pense à la fatigue. Tout le monde pense à vouloir jouer, à vouloir continuer dans cette ambiance qui est bien, qui est saine, qui est vraiment cool... Peut-être qu'elle va venir, cette fatigue, mais on n'en a pas peur. Quant au fait d'avoir toujours été mené au score jusqu'ici, d'avoir toujours été en réaction, quel est votre regard ? Quand allez-vous passer d'entrée à l'action ? (sourire) Je ne sais pas, on espère le plus vite possible... Vous savez, si on gagne tous les matches de la sorte, cela ne nous dérange pas trop ! Bon, maintenant, c'est vrai que cela peut nous faire défaut un jour. Il y a quelques détails à régler, cela se fera avec le temps... "Ce qui compte, c'est l'équipe" Espérez-vous profiter de cet enchaînement de matches -trois rencontres en huit jours- pour jouer davantage ? Je reviens d'une blessure donc, ma première préoccupation, c'était déjà de retrouver assez vite une bonne condition, de ne pas rechuter dans la foulée. Lors de mon entrée en jeu devant Ajaccio, il y avait encore de l'appréhension; à la fin, j'étais fatigué... Mercredi, je me suis senti plus à l'aise. Maintenant, je pense que je suis prêt et j'espère gagner assez vite une place de titulaire. Mais ce qui compte, c'est l'équipe, qu'on gagne... En ce début de saison, et c'est notre force, on met tous nos états d'âme de côté, on tire tous dans le même sens. Il faut poursuivre dans ce sens. Vous vous sentez bien dans le nouveau système mis en place par Rémi Garde ? Très bien. (il insiste) Très bien. Comme tout le monde. On prend beaucoup de plaisir, on se créé beaucoup d'occasions, on est efficace, on se bat tous les uns pour les autres... En ce début de saison, il y a vraiment tout ! Et je ne pense pas être le seul à me sentir à l'aise; pour toute l'équipe, c'est pareil. Le discours du coach passe bien avec tous les joueurs parce qu'il insiste sur le jeu, la prise de risque, son système de jeu nous correspond. Vraiment, je prends du plaisir et tout le monde est content en ce moment. Lorsque vous rentrez, on vous voit surtout dans l'axe. Etes-vous capable d'être un joueur de couloir dans le 4-4-2 mis en place aujourd'hui ? Mais contre le Rubin Kazan, je suis entré pour jouer dans le couloir seulement après, on me laisse la liberté de repiquer dans l'axe. Ce n'est pas un souci, c'est mon jeu tout simplement ! Le coach connaît mes qualités, on en a parlé très clairement... Pas de problème. Mais seriez-vous plus à l'aise dans un 4-3-3 ? Je me sens à l'aise là où le coach me met. C'est à moi de m'adapter. Maintenant, c'est sûr que ma position préférée, c'est être le plus près du but, le plus près des attaquants pour leur distribuer de bons ballons, réussir les dernières passes ou même marquer. Justement, vous avez ouvert votre compteur "passes décisives" samedi dernier face à Ajaccio... Que visez-vous cette saison en termes de statistiques ? Je veux marquer beaucoup de buts, réussir beaucoup de passes décisives... Mais déjà, je veux tout simplement être bon pour mes attaquants. Après, c'est évident que si vous êtes souvent décisif, vous vous sentez plus en confiance dans le jeu, plus à l'aise, et les performances suivent. Je ne me suis pas fixé d'objectifs précis mais répéter mes statistiques d'il y a deux ans, dépasser la dizaine de buts et également de passes décisives, ce serait bien.