Pistorius, le débat continue

  • A
  • A
Pistorius, le débat continue
Partagez sur :

Il sera l'une des attractions en Corée du Sud. A la fin du mois, Oscar Pistorius foulera la piste de Daegu à l'occasion des Mondiaux de Daegu mais pas dans la compétition handisport. Le sprinter sud-africain, doté de prothèses, a réussi le pari de se qualifier parmi les valides. Mais le débat autour de son éventuel avantage technique n'est pas forcément clos.

Il sera l'une des attractions en Corée du Sud. A la fin du mois, Oscar Pistorius foulera la piste de Daegu à l'occasion des Mondiaux de Daegu mais pas dans la compétition handisport. Le sprinter sud-africain, doté de prothèses, a réussi le pari de se qualifier parmi les valides. Mais le débat autour de son éventuel avantage technique n'est pas forcément clos. La polémique ne s'arrêtera-t-elle jamais ? Le Docteur Ross Tucker n'y va pas avec le dos de la cuillère en qualifiant de "farce totale" la qualification d'Oscar Pistorius pour les Mondiaux de Daegu dans la catégorie valide. Ce scientifique du Cap affirme que son compatriote tire pleinement profit de ses prothèses en carbone et ce, malgré le rapport du Tribunal arbitral du sport. En 2008, le Tas avait établi que Pistorius ne bénéficiait pas d'avantage en courant de la sorte. "Il existe peut-être de mauvaises idées reçues dans la société. Quand les gens regardent Oscar Pistorius, ils voient que son corps est anormal", estime Hugh Herr. Ce membre du célèbre MIT (Massachusetts Institute of Technology) affirme que "Blade-runner" aurait pu participer aux JO de Pékin chez les valides (il a remporté 4 titres en Chine dans la compétition paralympiques) s'il avait réalisé les minima, le jugement de l'appel du Tas ayant été rendu trois mois après que le spécialiste du 400 m a été banni par l'IAAF. Bien que la Fédération internationale l'ait réhabilité depuis trois ans, les sceptiques (ou les jaloux ?) montent donc encore au créneau. "Tout va bien quand il n'est pas compétitif mais dans le cas contraire, le débat ressurgit", juge Hugh Herr. Pistorius a eu le temps de s'habituer à cela et sa joie est tellement immense aujourd'hui qu'il savoure en attendant le grand frisson de Daegu. Une partie de son rêve s'est réalisée le 19 juillet à Ligano. Sur la piste de la modeste réunion italienne, Oscar Pistorius a coupé la ligne en 45"07, en dessous des minima exigés par sa fédération (45"25). Le 8 août, la SAF livrait sa liste d'athlètes présents à Daegu avec l'athlète de 24 ans comme seul représentant du 400 m.L'autre moitié de son rêve sera de voir les JO de Londres. Quoi qu'il arrive, il restera comme le premier athlète handisport à courir des Mondiaux chez les valides.