Pirelli, générateur de spectacle

  • A
  • A
Pirelli, générateur de spectacle
Partagez sur :

Un nouveau manufacturier, plus d'arrêts au programme pour davantage de spectacle. Les consignes reçues par Pirelli, qui remplace donc Bridgestone pour équiper les monoplaces du circuit de Formule 1, devraient amplement participer à favoriser les dépassements, notamment en raison d'une usure bien plus rapide que par le passé. De quoi faire revenir les pneumatiques au centre des tactiques. Avec trois à quatre arrêts par course...

Un nouveau manufacturier, plus d'arrêts au programme pour davantage de spectacle. Les consignes reçues par Pirelli, qui remplace donc Bridgestone pour équiper les monoplaces du circuit de Formule 1, devraient amplement participer à favoriser les dépassements, notamment en raison d'une usure bien plus rapide que par le passé. De quoi faire revenir les pneumatiques au centre des tactiques. Avec trois à quatre arrêts par course... Le changement de manufacturier devrait être notable ! L'arrivée de Pirelli laissait certains acteurs du monde de la F1 sur la réserve quant à la qualité des gommes, le manufacturier italien ne sera finalement pas jugé sur une quelconque comparaison avec ses prédécesseurs. "Nous fournissons ce qu'on nous a demandé de fournir ", note Paul Hembery, directeur de Pirelli Motorsport, qui précise dans la foulée: "En gros, ce que l'on nous a demandé, c'était d'avoir de nouveau des Grands Prix comme celui du Canada (particulièrement disputé). On a passé énormément de temps et dépensé énormément d'énergie à essayer de recréer cette situation". Les pilotes, eux, ont d'abord été très surpris par la rapidité de l'usure des gommes, ils s'en sont plaints avant de comprendre qu'ils devront composer avec cette composante particulièrement importante. "D'après les premiers tests, il n'y a pas encore une marche à suivre qui émerge. Chaque écurie et chaque style de conduite influent sur l'évolution des pneus en course. Pour les premières courses, les écuries vont toutes avoir leurs propres idées, ce qui est excitant. Adopteront-elles à terme la même stratégie ? Ça, je ne le sais pas", plaide Hembery. Des paramètres encore inconnus Des stratégies différentes, avec forcément, des gagnants et des perdants. "L'objectif est de pousser les écuries à changer les pneus des voitures à différents moments de la course. Selon la qualité de gomme choisie et le degré d'usure, vous aurez des voitures à des vitesses différentes sur la piste. Ce qui provoquera inévitablement des dépassements", ajoute le directeur de Pirelli Motorsport. Des données à prendre forcément en considération pour les premières courses de la saison. Evidemment, les écuries comme Ferrari, qui ont le plus tourné en essais, ont enregistré énormément d'informations concernant les gommes Pirelli, principalement sur les longs runs. "Il y a énormément de paramètres que nous n'avons pas pu clairement simuler lors des tests", souligne encore Hembery. Parmi ces paramètres inconnus, on retrouve la tenue des pneus dans des conditions de fortes chaleurs. Début de réponse lors du premier acte ce week-end en Australie...