Piqués les "sales gosses" !

  • A
  • A
Piqués les "sales gosses" !
Partagez sur :

Tout au long de cette VIIe Coupe du monde, notre site vous fait vivre au plus près de l'équipe de France. Tout ce qu'il faut savoir de l'actualité tricolore est à suivre au quotidien dans le Journal des Bleus. Les sales gosses de Lièvremont ne sont pas restés insensibles aux propos de leur sélectionneur et le font savoir... Lièvremont encense l'arbitre de la finale, Nallet avoue être dubitatif sur la santé de McCaw ; Parra et Bonnaire sont toujours ménagés.

Tout au long de cette VIIe Coupe du monde, notre site vous fait vivre au plus près de l'équipe de France. Tout ce qu'il faut savoir de l'actualité tricolore est à suivre au quotidien dans le Journal des Bleus. Les sales gosses de Lièvremont ne sont pas restés insensibles aux propos de leur sélectionneur et le font savoir... Lièvremont encense l'arbitre de la finale, Nallet avoue être dubitatif sur la santé de McCaw ; Parra et Bonnaire sont toujours ménagés. 72 heures après la sortie musclée de Marc Lièvremont au sujet de ses joueurs, qu'il n'a pas hésité à comparer à de "sales gosses", les premiers joueurs de l'équipe de France ont pu s'exprimer ce mercredi, en conférence de presse, sur les propos de leur sélectionneur et à l'évidence, les remontrances du coach, reprochant à certains des vainqueurs du Pays de Galles (9-8), qualifiés d'"indisciplinés, désobéissants et égoïstes parfois", de ne pas avoir respecter le couvre-feu, ont du mal à passer. Maxime Mermoz, encore jeune au sein de ce groupe, ne cache pas avoir pu être déstabilisé dans un tel contexte: "Il y a une part de vérité, des choses amplifiées", souligne le trois-quarts centre. "Mais quand on a un minimum de sensibilité et par rapport à cette situation, ce sont des mots très forts qui sont utilisés. Evidemment que c'est blessant, mais on a aussi la tête ailleurs, fixée sur ce qu'on a à faire." A la veille d'une finale de Coupe du monde qui sera aussi son dernier match sous le maillot bleu, Lionel Nallet, qui n'a pas franchement pour habitude de s'épancher sur ses états d'âme, avoue lui-même avoir gardé la diatribe de son coach en travers de la gorge: "Moi, je n'ai pas du tout apprécié, assène le vice-capitaine, visage fermé. C'est mon point de vue. On savait que la semaine allait déjà être assez compliquée au niveau des critiques, je pense qu'on n'avait pas forcément besoin d'en rajouter plus." Lièvremont, qui reconnaît qu'il aurait sans doute gagné à "fermer m(s)a grande gueule", a-t-il été trop loin dans son recadrage ? "Après, ce n'est pas grave, moi, mon but, c'est le match de dimanche, souligne Nallet tout à sa finale. Je me servirai de certaines choses qui arrivent, d'autres pas. [...] Je ne vous dirai pas si on s'est parlé, ça ne vous regarde pas. Ce n'est pas quelque chose qui m'a perturbé. Quand on a une finale de Coupe du monde à jouer, s'il faut se formaliser de choses comme ça, ça devient compliqué. Ne faites pas vos gros titres là-dessus. Simplement, ça ne m'a pas plu. Voilà. Il n'y a pas d'ambigüité, pas de problème, pas à polémiquer là-dessus." Mermoz, lui aussi, cherche à relativiser: "D'un côté, ça reste fidèle à sa sincérité, de l'autre, il y a aussi une envie de nous piquer d'une certaine manière, il faut en prendre ou en laisser. [...] On a qu'une envie, c'est se respecter nous-mêmes, c'est ce qu'on s'est dit à l'intérieur du groupe. Quand on est beaucoup critiqué de cette manière, on n'a qu'une envie, c'est d'inverser la tendance." Lièvremont a finalement peut-être visé juste... Mais aussi: Nallet dubitatif sur McCaw Interrogé sur l'état de santé du capitaine des All Blacks, Richie McCaw, qui jouerait blessé depuis maintenant plusieurs matches, Lionel Nallet a avoué être plutôt dubitatif: "Sa condition physique ? Je l'ai vu jouer contre les Australiens, il paraît qu'il était diminué, je ne l'ai pas trouvé particulièrement diminué, alors je ne sais pas. Pour moi, sa condition physique, elle est très bien." Lièvremont a confiance en l'arbitre Invité à commenter la désignation du Sud-Africain Craig Joubert en tant qu'arbitre de la finale de la Coupe du monde, qui opposera dimanche, à l'Eden Park, les All Blacks à l'équipe de France, Marc Lièvremont, comme l'a fait avant lui son homologue néo-zélandais, Graham Henry, a dit toute la confiance qu'il portait dans ce choix: "Je suis ravi que ce soit lui qui nous arbitre, a déclaré le sélectionneur tricolore. Ce n'est absolument pas de la démagogie. Il y avait une incertitude entre Alain Rolland et lui, et si M. Rolland avait été désigné, peut-être que l'incident du carton rouge sorti en demi-finale aurait pu compter. Cela dit, je considère depuis longtemps M. Joubert comme le meilleur arbitre du monde." Le coach des Bleus a prévu, comme chaque semaine, une entrevue dans la semaine avec M. Joubert, accompagné de l'ancien arbitre international Joël Jutge, reconverti aujourd'hui en tant que consultant autour de l'arbitrage au sein du staff. Quoi de neuf, Doc' ? Comme ce fut le cas la veille, Julien Bonnaire (contusion lombaire), Morgan Parra (traumatisme cervicale), mais aussi William Servat (fatigue générale) ont de nouveau été ménagés ce mercredi, à J-4 de la finale de la Coupe du monde face aux All Blacks, lors de l'entraînement de l'équipe de France sur le terrain du Takapuna Rugby Football Club, à Onewa Domain. En revanche, c'était l'heure de la reprise pour Aurélien Rougerie (épaule), qui s'est toutefois contenté d'une séance aménagée. Mardi: Dans leur bulle...