Pierce, l'histoire est bien faite

  • A
  • A
Pierce, l'histoire est bien faite
Partagez sur :

Larry Bird, John Havlicek et désormais Paul Pierce. Fort de ses 28 points inscrits face aux Bucks, Pierce est un peu plus entré dans l'histoire de la franchise du Massachussetts en franchissant la barre des 20000 points sous le maillot au trèfle. Une performance de choix agrémentée d'un festival en prolongation pour offrir la victoire aux siens. Ça rigole également pour Boris Diaw et Kobe Bryant...

Larry Bird, John Havlicek et désormais Paul Pierce. Fort de ses 28 points inscrits face aux Bucks, Pierce est un peu plus entré dans l'histoire de la franchise du Massachussetts en franchissant la barre des 20000 points sous le maillot au trèfle. Une performance de choix agrémentée d'un festival en prolongation pour offrir la victoire aux siens. Ça rigole également pour Boris Diaw et Kobe Bryant... Le match de la nuit Pas sûr que cela suffise à faire oublier le nouvel excès de son coéquipier Kevin Garnett. Roi du trash-talking, l'intérieur des Celtics est en effet au coeur de la polémique pour avoir, lors du récent match face aux Pistons, lancé à Charlie Villanueva qu'il "était atteint d'un cancer". Depuis, KG a eu beau s'excuser, expliquer que ses propos avaient été mal compris, l'ancien Wolve est dans l'oeil du cyclone. Aussi la performance de Paul Pierce est-elle la bienvenue pour détourner l'attention... Et force est de reconnaître que l'icône locale n'a pas fait semblant. Rejoignant donc Larry Bird et John Havlicek dans le club très fermé des joueurs des Celtics ayant inscrit plus de 20.000 points sous l'uniforme vert et blanc, Pierce a ajouté la manière à l'évènement. Certes, l'histoire retiendra que son 20.000e point en carrière a été marqué sur un lancer-franc au cours de la prolongation, mais il faudra également se souvenir qu'il est intervenu au coeur d'un véritable festival, le MVP des Finals 2008 inscrivant en effet 12 points sur la période décisive et offrant ainsi la victoire aux Celtics 105-102. Finalement auteur de 28 points à 8 sur 17 aux tirs, Paul Pierce pouvait évidemment savourer l'instant. "C'est vraiment un moment particulier pour moi et je suis réellement ému, d'expliquer le héros de soirée, vous voyez rarement un joueur accomplir ce genre de performance avec une seule équipe et je suis vraiment fier de l'avoir fait au sein d'une franchise aussi prestigieuse. Et il y a cinq ans, j'aurai eu bien du mal à imaginer que je puisse scorer 20.000 points sous le maillot des Celtics." Paul Pierce en ferai presqu'également oublier que les Celtics, et lui en tête donc, ont dû s'employer pour venir à bout de Bucks pourtant à la peine depuis le début de la saison. Et si Garnett a finalement été discret avec 13 points et 8 rebonds, Pierce n'a pas été le seul à briller puisque Ray Allen y est allé de ses 23 points tandis que Rajon Rondo offrait un nouveau récital d'éclectisme avec 17 points, 15 passes et 8 rebonds. Mais il fallait bien ça pour excuser une défense trop laxiste, Andrew Bogut en profitant notamment pour compiler 21 points-13 rebonds. Les Français Boris Diaw et les autres! Si le joueur des Bobcats a été particulièrement en verve avec ses Bobcats, les autres Bleus de sortie ce mercredi ont en effet été bien moins à la fête. Sans surprise, chez les Mavericks, Ian Mahinmi et Alexis Ajinça n'ont ainsi pas eu voix au chapitre à Denver, les deux intérieurs devant une nouvelle fois suivre du banc le succès décroché par leurs coéquipiers 101-102. Même constat chez les Hawks, puisque Pape Sy, toujours sur la liste des joueurs inactifs, était en civil pour la cinquième victoire d'Atlanta, 94-85 sur Detroit. En revanche, Mickael Pietrus espérait sans doute plus que les petites trois minutes de jeu auquel il a eu droit face aux Wolves. Alors qu'Orlando atomisait Minnesota 128-86, l'ancien Palois restait ainsi fanny après un 0 sur 2 aux tirs. Chez les Spurs, Tony Parker n'a, lui, évidemment rien à redire sur son temps de jeu face aux Suns. Mais si le meneur tricolore a même été le joueur le plus utilisé avec ses 34 minutes de présence, les statistiques n'ont pas suivi, TP devant donc se contenter de 11 points à 4 sur 11 aux tirs et 6 passes en plus d'une belle défense sur Steve Nash. Et puisque dans le duel franco-français entre Nets et Bobcats, Johan Petro n'a fait que passer avec ses six minutes de jeu pour un rebond, il n'y a donc bien que Boris Diaw à avoir terminé la soirée avec le sourire. A juste titre puisque si les Bobcats ont décroché leur première victoire de la saison en l'emportant 83-85 chez les Nets, ils le doivent en grande partie au capitaine des Bleus, meilleur marqueur du match avec ses 24 points à 10 sur 18 aux tirs, l'ancien Sun ajoutant 3 passes et 3 rebonds. La statistique Il fallait peut-être ça pour achever de convaincre les sceptiques que son genou allait très bien. Après une première semaine de compétition somme toute discrète, Kobe Bryant a en effet frappé un grand coup à l'occasion de la nouvelle victoire de ses Lakers chez les Kings, la cinquième en cinq matches. Tandis que Pau Gasol y allait de son habituel double-double avec 22 points-11 rebonds et que les champions en titre déroulaient pour l'emporter 100-112, Bryant a, lui, signé un triple-double, le 17e en carrière et le premier depuis janvier 2009. Avec 30 points, 12 passes et 10 rebonds, l'arrière californien rejoint ainsi Rajon Rondo et Brendon Jennings, les deux joueurs ayant signé, la semaine dernière, les deux premiers triple-double de la saison.