Picamoles revient de loin

  • A
  • A
Picamoles revient de loin
Partagez sur :

Avec Louis Picamoles, notre série de portraits des 30 Bleus mondialistes se poursuit. Enfant de Montpellier, le troisième ligne a franchi un cap en s'exilant à Toulouse à 2009. Oublié des sélections depuis plus d'un an, sa présence parmi la liste de Marc Lièvremont était assez inattendue. Après une première année difficile en Haute-Garonne, l'homme a évolué. Et le joueur pourrait rendre quelques services...

Avec Louis Picamoles, notre série de portraits des 30 Bleus mondialistes se poursuit. Enfant de Montpellier, le troisième ligne a franchi un cap en s'exilant à Toulouse à 2009. Oublié des sélections depuis plus d'un an, sa présence parmi la liste de Marc Lièvremont était assez inattendue. Après une première année difficile en Haute-Garonne, l'homme a évolué. Et le joueur pourrait rendre quelques services... Certains diront que la chance se provoque. Qu'un destin, ça se mérite. C'est sûrement ce que répondront les fervents partisans de Louis Picamoles, qui est revenu de très loin pour intégrer la liste des 30 du voyage en Nouvelle-Zélande. Le Toulousain est même revenu de l'autre bout du monde, d'Argentine plus précisément. La lourde défaite concédée par le XV de France en test-match au mois de juin 2010 (13-41), à Buenos Aires, en a laissé certains sur le carreau et lui en faisait partie. Du moins, il semblait en faire partie, jusqu'à cette inattendue rédemption, ce cadeau - tout autant qu'un pari - de la part de Marc Lièvremont. Six mois avant le calvaire argentin, Picamoles avait pourtant été magnifique lors de la victoire face à l'Afrique du Sud (20-13), où il avait disputé le match entier. Non retenu pour le Tournoi 2010, le troisième ligne se voulait lucide et comprenait alors l'état d'esprit du sélectionneur. "Les gens restent bloqués sur la performance que j'ai réalisée face aux Sud-Africains, nous confiait-il ainsi peu après le Grand Chelem, qui avait donc été réalisé sans lui. Je suis assez lucide pour savoir que je n'ai pas retrouvé le niveau que je pouvais avoir à cette période-là. Donc je ne le perçois pas comme une injustice. Je l'ai dit, il y a de la déception, de la frustration, mais la personne à laquelle j'en veux le plus, c'est moi-même." Pas fataliste pour autant, il a toujours continué à y croire. "Il n'y a que moi qui ai les cartes en main", disait-il déjà il y a un an et demi. A quitte ou double En plein coeur de la saison 2009-2010, Picamoles a effectivement connu une période de creux. Comme une difficulté à digérer le départ de son club de toujours, Montpellier, pour le grand Toulouse. De 2006 à 2009, le Parisien de naissance a formé avec Trinh-Duc et Ouedraogo le "club des trois", un triangle d'or qui fera encore la fierté du MHR dans des dizaines d'années. Arrivé en 1999 dans l'Hérault, le troisième ligne a immédiatement exhibé sa puissance en équipes de jeunes, et s'en est vu récompensé par des sélections en bleu chez les universitaires, en moins de 19 ans puis en moins de 21 ans. Et à 22 ans, il devient le 1 000e joueur de l'histoire à porter le maillot du XV de France. Après certaines années passées dans le creux de la vague, Picamoles a sorti la tête de l'eau la saison passée, en se révélant l'un des artisans majeurs du sacre toulousain. Son style de jeu atypique, tout en perforation, fera office de quitte ou double. Si Lièvremont décide d'adopter un style agressif sur de gros matches - face aux All Blacks, par exemple - il pourrait débuter. Mais en revenant d'aussi loin, il sait aussi qu'il ne peut pas réclamer grand-chose et ne se fait pas particulièrement d'idées. "Ça se met en place petit à petit, confiait-il le mois dernier, lors du stage au domaine de Falgos. Il y a des séances d'opposition avec beaucoup de respect, de l'engagement, mais pas de débordements, toujours dans l'objectif de se faire travailler mutuellement. A nous de continuer dans ce sens-là, et de croire en ce qu'on fait pour être performants sur le terrain." Parfois secoué par le sélectionneur pour son côté un peu dilettante, Picamoles fait passer l'esprit de groupe avant tout. Preuve que l'homme a mûri.