"Philly" sans filet

  • A
  • A
"Philly" sans filet
Partagez sur :

Chaque mardi, retrouvez les faits importants qui ont rythmé le week-end en NFL. Cette semaine, les Philadelphia Eagles continuent de décevoir, tout comme les Minnesota Vikings et leurs fins de matches catastrophe. Tout sourit en revanche pour les Green Bay Packers et les Buffalo Bills, toujours intouchables.

Chaque mardi, retrouvez les faits importants qui ont rythmé le week-end en NFL. Cette semaine, les Philadelphia Eagles continuent de décevoir, tout comme les Minnesota Vikings et leurs fins de matches catastrophe. Tout sourit en revanche pour les Green Bay Packers et les Buffalo Bills, toujours intouchables. LE FLOP : Philadelphia Eagles Candidats annoncés au Super Bowl, et grandissimes favoris de la conférence NFC, les Philadelphia Eagles inquiètent en ce début de saison régulière avec déjà deux défaites sur leurs trois premiers matches. Opposés aux New York Giants ce week-end, dans leur antre du Lincoln Financial Field, les hommes d'Andy Reid ont de nouveau baissé pavillon devant une franchise new-yorkaise ultra réaliste (16-29), à l'image de son quarterback Eli Manning (254 yards, à 16/23, 4 TD). Comment expliquer un début aussi poussif ? Si les Eagles possèdent l'une des meilleures lignes défensives et les plus redoutables cornerbacks de la NFL, les linebackers ont une énième fois souffert face aux "G-Men". Pour preuve, les 86 yards à la course du running back des Giants Ahmad Bradshaw, mais aussi et surtout les 95 yards et 2 TD enregistrés à la réception par Jacobs et ce même Bradshaw. En attaque, les pépins physiques continuent de s'accumuler pour Michael Vick. Victime d'une commotion cérébrale la semaine passée pour son retour à Atlanta, le quarterback de Philly s'est cette fois blessé à la main droite (contusion) après un plaquage du tackle défensif Chris Canty. Une blessure handicapante pour les Pennsylvaniens, mais qui ne doit en rien masquer les lacunes du QB feu-follet depuis le début de saison, lui qui a déjà sept fumbles à son actif, dont quatre récupérés par l'adversaire. Le temps presse désormais pour une équipe de Philadelphie bonne dernière de la NFC East, mais qui devrait pouvoir compter sur son quarterback pour la réception des San Francisco 49ers (2 v. - 1 d.) lors de la quatrième semaine. LE TOP : Green Bay Packers On aurait tendance à banaliser la performance mais les Green Bay Packers, champions NFL en titre, ont bel et bien démarré en trombe cette nouvelle saison. Vainqueurs des New Orleans Saints en ouverture, puis des Carolina Panthers la semaine dernière, les hommes de Mike McCarthy se sont offert le scalp des Chicago Bears ce dimanche dans l'Illinois (27-17) dans le sillage d'un Aaron Rodgers toujours aussi métronome (297 yards, 3 TD, 1 int). L'ancienne doublure de Brett Favre a aussi pu compter sur le grand retour de Ryan Grant au sol avec 92 yards mais aussi sur les deux interceptions du safety Morgan Burnett pour définitivement s'adjuger le remake de la dernière finale de conférence nationale. "On a certes gagné un choc de division à l'extérieur, mais j'ai la sensation qu'on peut encore s'améliorer dans les semaines à venir", a reconnu le QB après la rencontre. Pas très rassurant pour les futurs adversaires des joueurs du Wisconsin. La route vers un quatrième succès s'annonce en tout cas on ne peut plus jouable avec la réception des Denver Broncos (1 v. - 2 d.) dimanche prochain. LA STAT : 15 15, comme la série de matches perdus par les Buffalo Bills face aux New England Patriots depuis 2003. Une bête noire que les hommes de Chan Gailey ont finalement vaincu au bout du suspense et au terme d'une prolongation (34-31, a.p.) ce week-end. La rencontre semblait pourtant promise aux triples champions NFL, devant au score 21-0 à l'entame du deuxième quart-temps. Mais, comme souvent ces dernières semaines, les Bills ont délivré une fin de match de folie, comptant notamment sur un immense backfield défensif, auteur de quatre interceptions (dont un retour de touchdown) sur la star des Pats Tom Brady (387 yards, 4 TD au final, dont 217 pour le seul Wes Welker, record de la franchise). Offensivement, Ryan Fitzpatrick (369 yards à la passe, 2 TD, 2 int) aura encore contribué à un nouveau festival offensif de son équipe, avec plus de 30 points au compteur pour la troisième fois de la saison (une première depuis 1992... année de Super Bowl pour les Bills). À l'instar des Packers, Buffalo a une occasion en or de poursuivre son début d'exercice canon, du côté de Cincinnati (1 v. - 2 d.). LE JOUEUR : Darren McFadden (Oakland Raiders) Sélectionné en quatrième position de la draft 2008, Darren McFadden est à l'époque considéré comme le futur crack de la ligue au poste de running back. Une réputation justifiée au vu de ses trois années passées en universitaire, dans la fac d'Arkansas (moyenne de 120 yards par match). Pourtant, les deux premières saisons sous la tunique des Raiders sont pour le moins pénibles. À peine 450 yards de moyenne sur la saison, le tout en 13 matches, des statistiques indignes du nouveau n°20 californien, relégué au rang de doublure derrière son coéquipier Michael Bush à l'automne 2009. Le retour en forme de McFadden s'opère dès la saison dernière avec l'arrivée de Hue Jackson au poste de coordinateur offensif. Depuis, le massif coureur des Pillards ne fait que tirer son équipe vers le haut, avec plus de 1000 yards au compteur la saison passée, et déjà près de 400 yards sur les trois premières sorties de la saison, ce qui en fait pour l'instant le running back le plus prolifique en 2011. Les New York Jets ne nieront pas son efficacité, après avoir été maltraités au Coliseum ce dimanche (24-34) avec 171 yards et deux touchdowns à la course du principal intéressé. Les New England Patriots, futurs adversaires des Raiders, sont prévenus. LA PHRASE : "Ça me rend malade", Adrian Peterson, running back des Minnesota Vikings 54-7. C'est le score cumulé des Minnesota Vikings à la mi-temps de leurs trois premiers matches de la saison. Difficile alors de croire que les joueurs de Minneapolis comptent actuellement un bilan de trois défaites. Des relâchements coupables au retour des vestiaires qui pourraient commencer à couper des têtes, à l'heure où les Green Bay Packers et les Detroit Lions, rivaux de divisions, s'envolent en tête de la NFC North. Les arrières défensifs sont notamment pointés du doigt avec une couverture contre la passe des plus douteuses, notamment ce dimanche face à Detroit (23-26, a.p., après avoir mené 20-0 à la pause) avec, côté Lions, les 112 yards du tight end Brandon Pettigrew et les 108 yards (et 2 TD) du receveur star Calvin Johnson, dont le catch décisif en prolongation. L'autre coupable idéal semble s'appeler Donovan McNabb. Débarqué de Washington cet été, l'ancienne star des Eagles n'a vraisemblablement pas encore convaincu sous le maillot des Vikings, comme le démontre notamment sa performance à 59 yards face à San Diego en première semaine. Beaucoup de fans militent déjà pour la nomination du rookie Christian Ponder comme titulaire en vue du prochain déplacement chez une autre franchise inquiétante de ce début de saison, les Kansas City Chiefs. Ce qu'a préféré tempérer le head coach des Vikes, Leslie Frazier. "Donovan devient consistent dans les lancers qu'il doit faire. Et il continuera de l'être. Mais nous devons aussi travailler pour trouver les bons automatismes avec les receveurs." En attendant de régler les problèmes à la passe, Minnesota pourra en tout cas se consoler avec un Adrian Peterson, toujours aussi impressionnant à la course, avec 78 yards et un touchdown à son actif sur le match de dimanche.