Peugeot tient sa couronne

  • A
  • A
Peugeot tient sa couronne
Partagez sur :

Moins de quatre mois après son échec aux 24 Heures du Mans, Peugeot a remporté ce dimanche le championnat ILMC, s'assurant le titre avant même la dernière manche en glanant Petit Le Mans, spectaculaire course américaine de dix heures ou 1000 miles. Le trio Montagny-Sarrazin-Wurz s'est imposé en Géorgie, récompensant la force d'une 908 impériale cette saison... sauf au Mans !

Moins de quatre mois après son échec aux 24 Heures du Mans, Peugeot a remporté ce dimanche le championnat ILMC, s'assurant le titre avant même la dernière manche en glanant Petit Le Mans, spectaculaire course américaine de dix heures ou 1000 miles. Le trio Montagny-Sarrazin-Wurz s'est imposé en Géorgie, récompensant la force d'une 908 impériale cette saison... sauf au Mans ! Tout avait pourtant bien mal démarré en Géorgie. Deux heures de course à peine lors d'une épreuve en comptant dix et une 908 était déjà à terre, une première cette saison puisque la nouvelle arme des Lionnes n'avait pas encore connu le moindre abandon lors des cinq premières manches de la saison. La poisse pour Bourdais-Davidson-Pagenaud trahis par leur boite de vitesse alors qu'ils se battaient pour conserver le commandement après s'être élancés de la pole position. "On déplore le premier abandon de la saison. Nous avons identifié la pièce qui a cassé, c'est le couple conique. C'était une pièce quasi neuve. Il y a certainement un défaut quelque part, à nous de l'analyser", commentera à l'arrivée le directeur technique de Peugeot Sport, Bruno Famin. Seule face à deux Audi, la 908 n°8 prenait le relais, Montagny-Sarrazin-Wurz se mêlant à la lutte en tête tout en sachant que l'objectif principal était la deuxième place, synonyme de titre assuré avant même la dernière manche à Zhuhai en Chine. Difficile pourtant de dire au trio de baisser de pied alors que les deux Français étaient toujours à la recherche d'une première victoire cette saison et que Wurz les rejoignait pour la première fois dans l'habitacle d'une 908. Le crash de Dumas à 100 tours de l'arrivée Pas la peine de toute façon puisque l'Audi n°2 craquait aussi, lâchée par sa mécanique suite à un problème d'embrayage après un premier accident. Une lutte acharnée s'installe alors entre les deux survivantes mais, à cent tours du but, Romain Dumas part à la faute avec la R18, s'accrochant avec une Porsche avant de percuter le mur. "C'est très décevant", reconnaissait à chaud le Dr Ulrich, directeur d'Audi au site officiel de l'ACO. "Nous avions une belle course, une belle bagarre. Cela faisait dix minutes que Romain Dumas était revenu derrière la Peugeot. A la fin c'est la course, il y a différentes catégories de pilote, les bons et les mauvais." Restait alors à gérer: "Cela a été une autre gestion du stress. Il ne fallait pas faire d'erreur. On a décompté les tours jusqu'au drapeau à damier", notait Bruno Famin. A 3h05, heure française, la 908 franchit la ligne et libère tout Peugeot. "Nous sommes passés plusieurs fois près de la victoire cette saison, nous avons manqué de réussite, mais aujourd'hui nous concrétisons tous nos efforts", pouvait savourer Stéphane Sarrazin alors que Franck Montagny pouvait avouer sa joie de s'imposer de nouveau en Géorgie. "Cela a été une course excitante, comme toujours à Road Atlanta finalement. C'est un événement que j'adore et qui me réussit bien puisque c'est mon troisième succès ici. La victoire, le titre, c'est une bonne journée pour Peugeot et pour nous", reconnaissait l'ancien pilote Super Aguri. Quatre mois après Le Mans et son échec pour 13 secondes, Peugeot s'est en effet offert une belle revanche, remportant son deuxième titre consécutif. Forcément révélateur d'une régularité intéressante à quelques mois du lancement du tout nouveau championnat du monde d'Endurance FIA.