"Petacchi, la belle surprise"

  • A
  • A
"Petacchi, la belle surprise"
@ Reuters
Partagez sur :

Chaque matin à 7h15 sur Europe 1, Laurent Fignon donne son avis sur l'étape du Tour de la veille.

Chaque matin à 7h15 sur Europe 1, Laurent Fignon donne son avis sur l'étape du Tour de la veille. La surprise Petacchi "Alesandro Petacchi est la totale surprise de ce début de Tour, qui n'est pas avare en surprise d'ailleurs. On n'attendait pas Petacchi à pareille fête. Qu'il ait gagné la première étape avec des circonstances de chutes, pourquoi pas ? Mais là, il gagne sa deuxième étape sur un sprint comme il sait les faire : tout en puissance. Il y avait un kilomètre de ligne droite. Ce sont des sprints qui lui conviennent. Bien emmené par ses coéquipiers, Petacchi a surgi de très loin, comme il a toujours fait, personne ne peut le remonter et il domine totalement, remportant sa deuxième victoire". La déception Cavendish "Cavendish, cette année, n'a rien à voir avec le Cavendish 2009. Après tout, tant mieux pour nous, parce que ça crée quelques petites surprises, ça laisse de la place à d'autres. Et puis, il va être revanchard. Il est revanchard, mais il n'y arrive pas. Chaque fois, un petit grain de sable vient perturber son sprint. C'est le lot des sprinteurs parfois, il sont d'excellentes années et d'autres où rien ne s'enclenche. Cette année, pour l'hiver, l'hiver n'a peut-être pas été très bon. Il s'est occupé de plein de choses : son livre, déjà, à 23 ans. C'est peut-être pas la meilleure chose qu'il ait faite". Le point de vue de Laurent Fignon: L'attitude des autres sprinteurs "Quand vous gagnez beaucoup, un certain respect et une certaine crainte s'affichent vis-à-vis de vous et parfois, dans ces conditions-là, on est parfois un tout petit peu moins agressif dans le sprint. On vient frotter un petit peu moins, on vient perturber un peu moins le train de votre équipe, car on se dit « de tout de façon ça sert à rien, il va plus vite ». Là, sachant qu'il est perturbé, qu'il va un peu moins vite, on n'hésite pas à venir le frotter, à le serrer un peu plus que d'habitude et ç a va continuer comme ça. Le jour, où il aura retrouvé toute sa force, les choses seront un peu plus difficile pour les autres et peut-être qu'il regagnera plus facilement". L'étape du jour "Le parcours est relativement plat, on peut même dire quasiment tout plat, même si entre Epernay et Montargis, ça va être un peu vallonné. On peut craindre le vent, il faudra encore faire attention à ça, être très vigilants. Un des favoris, qui est un peu loin, comme Armstrong peut exploiter n'importe quelle situation, mais il y a de grandes chances que ça arrive au sprint".