Petacchi en habitué

  • A
  • A
Petacchi en habitué
Partagez sur :

Comme attendu, c'est bien un sprinteur qui a remporté dimanche la deuxième étape du Tour d'Italie, la plus longue de cette édition 2011. Et à ce petit jeu-là, c'est Alessandro Petacchi qui s'est avéré être le plus rapide pour s'adjuger sa 22e victoire sur le Giro. Mais le vétéran italien de la Lampre l'a emporté de justesse devant Mark Cavendish, qui récupère le maillot rose.

Comme attendu, c'est bien un sprinteur qui a remporté dimanche la deuxième étape du Tour d'Italie, la plus longue de cette édition 2011. Et à ce petit jeu-là, c'est Alessandro Petacchi qui s'est avéré être le plus rapide pour s'adjuger sa 22e victoire sur le Giro. Mais le vétéran italien de la Lampre l'a emporté de justesse devant Mark Cavendish, qui récupère le maillot rose. A 37 ans, Alessandro Petacchi est toujours aussi véloce. Pour preuve le coureur italien, qui porte cette saison les couleurs de la Lampre, a remporté dimanche la deuxième étape du Tour d'Italie 2011. Il s'en est toutefois fallu de peu, car le Ligure - auteur pour le coup de sa 22e victoire d'étape sur le Giro ! - n'a devancé que de quelques centimètres Mark Cavendish. Furieux après avoir franchi la ligne, car il estimait avoir été gêné dans son effort, le Britannique s'est consolé en récupérant le maillot rose de leader du classement général grâce aux douze secondes de bonifications promises au deuxième de chaque étape. Pour cette seconde journée sur le Tour d'Italie après un contre-la-montre par équipes inaugural disputé à Turin et remporté par la HTC-Highroad, l'équipe de Cavendish, le peloton du Giro avait rendez-vous avec la plus longue étape de cette 94e édition, 244 kilomètres entre Alba et Parme. Pas de quoi effrayer l'Allemand Sebastian Lang, parti en solitaire dès les premiers kilomètres. Excellent rouleur, le coureur d'Omega Pharma-Lotto va compter jusqu'à vingt minutes d'avance. Mais, seul face au peloton, il n'avait pas grand-chose à espérer. Au moment de la jonction, effectuée à 25 kilomètres de l'arrivée, huit hommes, dont Jérôme Pineau, le Français de la Quick-Step, ont tenté de partir en contre, mais ils ont été rapidement repris. Place alors à la grande explication entre les sprinteurs à l'issue de laquelle Petacchi a donc su faire la différence. Mais Cavendish et consorts auront bien d'autres occasions de prendre leur revanche.