Perpignan vainqueur aux poings

  • A
  • A
Perpignan vainqueur aux poings
Partagez sur :

Lancée dans une course aux phases finales, l'Usap recevait Bayonne vendredi soir en ouverture de la 21e journée du Top 14. Un choc sur le papier qui aura accouché d'un match plein, remporté par Perpignan (25-19), malheureusement entâché de multiples mauvais gestes, dont une bagarre générale après le coup de sifflet final. Ce résultat contente pourtant tout le monde, les deux équipes revenant dans la course à l'Europe.

Lancée dans une course aux phases finales, l'Usap recevait Bayonne vendredi soir en ouverture de la 21e journée du Top 14. Un choc sur le papier qui aura accouché d'un match plein, remporté par Perpignan (25-19), malheureusement entâché de multiples mauvais gestes, dont une bagarre générale après le coup de sifflet final. Ce résultat contente pourtant tout le monde, les deux équipes revenant dans la course à l'Europe. Quelques coups de génie, et bien trop de mauvais coups. Le choc entre Perpignan et Bayonne, qui ouvrait la 21e journée du Top 14, n'aura jamais porté aussi bien son nom, tant les deux équipes auront livré une bataille souvent hors des règles. Hors du temps réglementaire aussi, puisque quelques secondes après le coup de sifflet final de M. Marchat, arbitre pourtant compétent de cette affiche, une énorme bagarre générale a éclaté, plus intense encore que les précédentes, au point que Thomas Lièvremont fut contraint d'entrer sur la pelouse pour calmer ses joueurs, au premier rang desquels un David Roumieu bouillant. Cependant, résumer cette rencontre à des coups bas serait réducteur, car ce fut avant cela un bien beau match de rugby. Une demi-heure durant, toutefois, Bayonne n'aura pas eu l'opportunité de démontrer ses qualités, complètement assommé par une formation perpignanaise galvanisée par sa série de trois victoires consécutives, dont la dernière, probante, sur le terrain du Stade Français (21-9). pendant 30 minutes donc, ce sera un véritable cavalier seul de l'Usap, emmenée par les... coups de boutoir de Tchalé-Watchou et autre Le Corvec, tous deux omniprésents dans la phase de percussion. Et c'est fort logiquement que Rudi Coetzee, qui connait à cette occasion sa première titularisation, inscrit le premier essai du match, à la réception d'un coup de pied à suivre millimetré de Nicolas Laharrague (20e, 11-3). La réaction de Bayonne ne vient pas, excepté sur un premier... coup de poing d'Abdel Boutaty, qui écope d'un carton jaune peu avant la pause (36e), qui voit les Catalans mener 14-3. Inexistants trente minutes durant, les hommes de Gajan vont connaître un nouveau... coup dur, lorsque Cédric Garcia doit quitter le terrain après avoir vu son genou vriller sous un plaquage appuyé, mais semble-t-il licite, de Le Corvec. Un plaquage qui n'est pas du goût de Rémy Martin, lequel tente d'imposer sa loi, entraînant une seconde échauffourée. Symbole aussi, peut-être, de la volonté de l'Aviron de se montrer enfin sur la pelouse d'Aimé-Giral. Triste fin pour un bien beau match C'est pourtant sur une erreur de Candelon que Bayonne va se remettre dans le match : l'ailier catalan tente une relance de son en-but après une pénalité manquée, il passe le premier rideau mais se heurte au second, Sam Gerber intercepte et file à l'essai (54e). Ce... coup d'arrêt pour l'Usap ne va pas en être un, encore moins pour Candelon. Fautif sur l'essai de Gerber pour une relance trop osée, le petit ailier n'a pas retenu la leçon, il se lance dans une nouvelle offensive, qui accouche cette fois du deuxième essai des siens, inscrit par Kisi Pulu (58e). Une action superbe, qui inspire peut-être Bayonne et son ouvreur remplaçant, Sébastien Fauqué. Son... coup de génie, une passe au pied de trente mètres millimétrée pour Gerber, qui inscrit un doublé (68e). Trois essais en dix minutes, Bayonne qui revient à trois points (19-16), tous les ingrédients sont alors réunis pour connaître une fin de match palpitante. Sans parvenir à dégager la sérénité affichée à Jean-Bouin, l'Usap reprend cependant le contrôle des opérations, et assure son succès par le pied de Laharrague. Score final, 25-19, finalement tout le monde a de quoi être satisfait, Perpignan de la victoire, Bayonne du point de bonus défensif qui lui permet de rester une longueur devant son adversaire du soir, à hauteur des équipes barragistes. Ce qui rend cette triste bagarre générale du coup de sifflet final plus incompréhensible encore.