Perpignan en reconquête

  • A
  • A
Perpignan en reconquête
@ Reuters
Partagez sur :

TOP 14 - Cette saison l'USAP souhaite retrouver le Bouclier de Brennus.

TOP 14 - Cette saison l'USAP souhaite retrouver le Bouclier de Brennus. LA SAISON DERNIERE L'envie d'avoir envie n'y était probablement pas assez pour l'Usap, par rapport à un Clermont la rage aux dents de n'avoir toujours pas remporté le moindre titre. Défaits en finale face aux Auvergnats (6-19) sans jamais être entrés dans leur match, lors du remake de la victoire de 2009, les Catalans comptaient sur leur puissance à l'avant pour faire la différence, celle qui leur avait permis de vaincre Toulouse en demies sans marquer un seul essai (21-13). Très constants lors de la saison régulière, les Perpignanais avaient réussi la performance de terminer en tête après 26 journées pour la deuxième fois d'affilée, ce qu'aucun autre club n'avait jamais réussi à faire depuis 2005, année de l'instauration d'une poule unique avant les play-offs. Malgré des défaites inattendues à Albi (23-24) ou à Montauban (13-16), l'Usap n'a pointé hors du top 4 qu'à deux reprises, lors des 2e et 18e journées. Jusqu'au revers du Stade de France, Perpignan avait donc respecté son plan de marche à la perfection. Un programme qui a cependant contraint les hommes de Brunel à faire l'impasse sur la Coupe d'Europe, déception de la saison dernière pour nombre de supporters avec une élimination au premier tour, marquée notamment par une défaite à Trévise lors de la première journée (8-9). "Cela nous a rendu service en nous remettant les pieds sur terre", estimait Jacques Brunel pour La Dépêche au moment d'évoquer ce mauvais souvenir. LE RECRUTEMENT La tendance est on ne peut plus claire: l'Usap joue la stabilité. Dès le mois d'avril dernier, Paul Goze ne disait pas autre chose en vue du recrutement pour la saison 2010-2011. "On recrute quand on a un effectif soit faible, soit pas adapté. Chez nous, le recrutement ne peut être qu'à petites touches homéopathiques sur des postes qu'il faut remplacer ou un petit peu conforter. Mais ça ne peut pas être un recrutement tous azimuts", déclarait ainsi le président à L'Indépendant. Et une parole de Catalan est une parole qui ne se discute pas, en dépit de la défaite en finale. Seuls Kevin Boulogne et Manny Edmonds renforcent donc les rangs perpignanais, remplaçant numériquement Nicolas Durand à la mêlée (parti au Racing-Métro) et Nicolas Laharrague à l'ouverture, blessé pour trois mois. Figure de l'Usap de 2002 à 2007, l'Australien a été rappelé en tant que joker médical. Le départ du pilier Sébastien Chobet vers le voisin Montpellier est le seul à ne pas avoir été compensé, et ne devrait donc pas l'être. Le deuxième-ligne Olivier Olibeau, écarté des terrains pour deux ou trois mois en raison d'une inflammation du tendon rotulien du genou gauche, ne sera pas non plus suppléé. LE JOUEUR A SUIVRE Inattendu même au moment de l'annonce de l'indisponibilité de Nicolas Laharrague, le retour de Manny Edmonds à l'ouverture pour trois mois ramène Aimé-Giral à un doux parfum de nostalgie. Alors que "Magic Manny" revenait à l'origine de Bayonne pour entraîner les lignes arrière de l'équipe espoir, l'Usap a flairé le coup. A tel point que la pige médicale prévue jusqu'à fin octobre pourrait bien se prolonger sur la saison entière. "Le club et le joueur ayant convenu d'un commun accord de faire le point à l'issue de cette période", indique ainsi le site de l'Usap à propos du contrat. Déjà très affûté et parfaitement dans le sens du jeu lors de la préparation, l'Australien formera donc pendant au moins trois mois la charnière catalane en compagnie, normalement, de Kevin Boulogne. Trois mois qui peuvent décider en grande partie de la saison perpignanaise, englobant neuf à dix matches de Top 14 dont les réceptions de Clermont (1e journée), Biarritz (4e j.) et du Stade Français (7e j.) et peut-être un déplacement à Toulouse (10e j.). L'entraîneur des avants, Bernard Goutta, interrogé par L'Indépendant après le match amical face à Narbonne (32-21), se montrait en tout cas pleinement satisfait: "Il a répondu présent. Il a apporté ce qu'on lui demandait notamment sur l'animation offensive. Il a pesé sur la défense adverse, a fait jouer les autres au millimètre. Et défensivement, il a aussi répondu présent." Et comme il n'a laissé que de bons souvenirs à Aimé-Giral, notamment en 2004 en cumulant une finale et un titre de meilleur joueur du championnat, cet ultime coup de main ne demande qu'à se transformer en un coup de maître. LE PRONOSTIC DE LA REDAC Pour un club finaliste des deux dernières éditions du Top 14, la stabilité est forcément un gage d'ambition. Au vu de la préparation de l'Usap, qui promet des ambitions nouvelles en termes de jeu à la main, le maintien de l'effectif en place semble aller dans le bon sens. L'expérience des phases finales ne pourra plus se transformer en désavantage, comme ce fut le cas dans une certaine mesure l'an passé face à Clermont en finale, puisque Perpignan a désormais un titre à aller récupérer. De plus, l'Usap devrait récupérer Olibeau et Nicolas Laharrague vers la fin du mois d'octobre et leur fraîcheur apportera un plus à ce moment important de la saison. L'inconnue demeure quant à la gestion de la Coupe d'Europe, pas franchement la tasse de thé des Sang et Or ces dernières années, mais la puissance du pack d'avants suffit à garantir aux champions de France 2009 un statut de véritable prétendant au Brennus.