Pelé, clap de fin ?

  • A
  • A
Pelé, clap de fin ?
Partagez sur :

Écarté des terrains depuis deux mois et demi, victime d'une embolie pulmonaire, Yohann Pelé ne rejouera pas avant octobre 2011, au mieux, selon le journal L'Equipe. Pire, le gardien toulousain, sous traitement médical, ne sait pas s'il pourra renouer avec la compétition. Une décision sera prise à l'automne prochain, par les médecins du joueur.

Écarté des terrains depuis deux mois et demi, victime d'une embolie pulmonaire, Yohann Pelé ne rejouera pas avant octobre 2011, au mieux, selon le journal L'Equipe. Pire, le gardien toulousain, sous traitement médical, ne sait pas s'il pourra renouer avec la compétition. Une décision sera prise à l'automne prochain, par les médecins du joueur. 18 matches. C'est le petit nombre de rencontres disputées en Ligue 1 par Yohann Pelé depuis son arrivée à Toulouse, à l'été 2009, pour succéder à Cédric Carrasso. Un total famélique pour l'ancien espoir manceau, promis à un grand avenir, mais à la carrière freinée, pour ne pas dire stoppée, par les pépins physiques. Car si Pelé avait su se relever d'une fracture du métacarpe de la main droite (juillet 2009), et d'une rupture du ligament postérieur du genou gauche (novembre 2009), rien ne permet de savoir si le gardien du TFC pourra récupérer de son embolie pulmonaire, diagnostiquée le 9 octobre dernier. Au départ, il ne s'agissait que d'une phlébite, un caillot de sang dans les veines. Mais il y a deux mois et demi, Pelé est victime d'une complication : le caillot de sang s'est détaché, et est venu se loger dans les poumons, entraînant une embolie pulmonaire (les poumons ne sont plus irrigués). Depuis, le joueur de 28 ans est à l'arrêt. Il doit suivre un traitement à base d'anticoagulants. Ce n'est qu'à l'arrêt du traitement, en octobre 2011, que les médecins se prononceront sur l'avenir sportif du joueur. A l'heure actuelle, Pelé, sous contrat jusqu'en 2013, ne sait pas s'il rejouera au football. "J'ai envie de revenir, mais je sais que cela va être dur, confie-t-il ce lundi dans les colonnes du journal L'Equipe. Je préfère aussi me dire que je ne vais pas y arriver et avoir une bonne nouvelle après. Si je dois m'arrêter, je serai forcément déçu parce que je ne pourrai plus faire ce que j'aime. En même temps, je dois d'abord penser à ma santé. Je ne suis pas fataliste. Si je pouvais lutter, je le ferais mais là, je ne peux pas." Si Pelé a entamé un programme de musculation et de remise en forme début de décembre, l'intérim de Matthieu Valverde, arrivé de Boulogne en décembre 2009, est amené à se prolonger.