Pedrosa pour oublier

  • A
  • A
Pedrosa pour oublier
@ Reuters
Partagez sur :

MOTO - Rossi gravement blessé, c'est l'Espagnol qui remporte le GP d'Italie.

MOTO - Rossi gravement blessé, c'est l'Espagnol qui remporte le GP d'Italie.Les absents ont toujours tort. Valentino Rossi aura bien malgré lui vérifié cet adage, dimanche, ayant certainement regardé ce Grand Prix d'Italie qui lui semblait promis depuis son lit d'hôpital à Florence. Meurtri par sa chute de la veille, qui lui vaut une double fracture ouverte tibia-péroné, le « Docteur » aura donc assisté au succès de Dani Pedrosa, qui n'était pourtant pas annoncé comme son principal rival.L'Espagnol, détenteur de la pole position à Mugello, n'aura laissé aucune chance à ses rivaux sur la piste italienne. Parti devant Lorenzo, il aura très vite creusé l'écart pour ne plus jamais lâcher la première place, relégant son jeune compatriote, qu'il avait préalablement désigné comme l'homme à battre, à plus de quatre secondes. Nul doute pourtant que le jeune Majorquin trouvera rapidement matière à se consoler.Lorenzo, déjà en tête du championnat du monde avant l'épreuve transalpine, accentue encore son avance grâce à sa deuxième place. Il compte désormais 25 points d'avance sur son premier poursuivant, le vainqueur du jour. Si Valentino Rossi occupe encore la troisième marche virtuelle, le véritable troisième homme derrière le duo espagnol se nomme Andrea Dovizioso. A l'image de sa course du jour, l'Italien démontre une certaine régularité depuis le début de saison, comme en attestent ses trois podiums en quatre Grand Prix disputés. De Puniet : "Je suis confiant"Quant à Randy De Puniet, il aura offert aux spectateurs de Mugello une superbe bataille avec Marco Melandri et Casey Stoner pour la quatrième place. Passé devant à deux tours de l'arrivée, le natif d'Andrésy se fait prendre à l'aspiration dans le ligne droite qui amorce le dernier tour et voit ses deux compagnons, plus rapides, lui passer devant. Stoner jouera ensuite au plus fin et résistera jusqu'au bout à la pression de l'Italien pour s'emparer de la quatrième place, De Puniet se contentant de la sixième. Un résultat qui contente le pilote Honda, lui qui est entré dans les points à chaque manche disputée. De quoi se sentir en confiance, d'autant que l'étape suivante du championnat du monde aura lieu dans quinze jours à Silverstone, un circuit que tous les pilotes découvriront. "En général, les nouveaux circuits me réussissent bien", analysait De Puniet au micro d'Eurosport à l'issue de la course. "Ça ne me fait pas peur, je suis confiant." Suffisamment pour décrocher le troisième podium de sa carrière en Moto GP ? Peut-être. Toujours est-il que l'absence du roi Rossi ouvre de nouvelles perspectives à presque tout le plateau des pilotes. Au premier rang desquels le jeune Lorenzo, auquel le titre semble désormais promis.