Pedrosa, la bonne opération

  • A
  • A
Pedrosa, la bonne opération
Partagez sur :

Jorge Lorenzo pensait décrocher une victoire relativement tranquille à Estoril, mais le Grand Prix du Portugal a finalement été remporté par Dani Pedrosa. Le pilote Honda, en plus d'obtenir son premier succès de la saison, se rapproche à quatre longueurs du champion du monde en titre au classement des pilotes. Après son opération à l'épaule, Pedrosa se rappelle donc au bon souvenir du paddock.

Jorge Lorenzo pensait décrocher une victoire relativement tranquille à Estoril, mais le Grand Prix du Portugal a finalement été remporté par Dani Pedrosa. Le pilote Honda, en plus d'obtenir son premier succès de la saison, se rapproche à quatre longueurs du champion du monde en titre au classement des pilotes. Après son opération à l'épaule, Pedrosa se rappelle donc au bon souvenir du paddock. Jusqu'ici, il était invincible à Estoril: Jorge Lorenzo restait en effet sur trois victoires et quatre pole positions sur le circuit du Grand Prix du Portugal. Mais l'Espagnol s'arrêtera là, barré par son compatriote Dani Pedrosa, qui revient d'assez loin. Du billard, en fait, sur lequel il est passé il y a trois semaines pour se faire opérer de l'épaule gauche. Bien lui en a pris visiblement, puisque le pilote Honda n'a pas hésité à aller forcer la décision à quatre tours de la fin pour attaquer Lorenzo et le passer au freinage en bout de ligne droite. Une des forces habituelles du champion du monde, pourtant... "Je ne m'attendais pas à ce qu'il m'attaque là, avouait ainsi Jorge Lorenzo en conférence de presse après la course. J'ai essayé d'augmenter l'écart après le départ, mais Pedrosa mérite la victoire." L'intéressé, forcément, rayonnait pour sa part: "Je suis super content. Je remercie mon équipe pour la moto qu'ils m'ont donnée." A l'atmosphère bien plus policée que la veille, la salle de conférence de presse résonnait peut-être encore des envolées de la veille entre Lorenzo et Marco Simoncelli, qui a manqué son pari dimanche. Premiers points pour De Puniet Samedi, à l'issue des qualifications, l'Espagnol avait ainsi vertement tancé le style de pilotage de l'Italien, qui avait répliqué devant l'assemblée de journalistes: "J'ai vu qu'il avait critiqué mon style de pilotage, mais bon, je crois qu'il fait fausse route. Il y a quelques années, il a aussi été disqualifié par la direction de course pour ça." Réponse aussi cinglante du champion du monde: "Je pense que beaucoup de pilotes partagent mon opinion. C'est une chose de jouer avec sa vie, mais c'en est une autre de jouer avec celle des autres." Le duel entre les deux belligérants, qui promettait d'être bouillant, a tourné très court. Déjà au tapis dans le premier tour, Simoncelli n'a pas réussi à prolonger la joute sur la piste. Valentino Rossi était nettement plus heureux dans un premier temps, en gagnant quatre places dans le premier tour, passant ainsi du 9e au 5e rang. Le septuple champion du monde de MotoGP conservera cette place au final, mais pas certain qu'il en soit ravi, puisque Andrea Dovizioso l'a soufflé quelques mètres avant la ligne d'arrivée pour terminer au pied du podium, complété d'ailleurs par Casey Stoner. Au club des heureux et des malheureux, Randy de Puniet doit lui plutôt se placer parmi les premiers à l'issue de cette manche portugaise: le Français, en terminant 10e, a pris les premiers points de sa saison. A trois semaines de son Grand Prix national, c'était sans doute le bon moment.