Péchalat-Bourzat vers les sommets ?

  • A
  • A
Péchalat-Bourzat vers les sommets ?
Partagez sur :

Après un début de saison flamboyant, ponctué de six titres (sur sept possibles), Nathalie Péchalat et Fabian Bourzat veulent se hisser sur le toit de l'Europe à Berne, en danse sur glace. Le couple, quatrième lors des deux dernières éditions, a brillamment commencé son périple en terminant en tête du programme court ce mercredi (66,91 points). Les Français ont une confortable avance sur les Russes et les Britanniques, toujours en embuscade.

Après un début de saison flamboyant, ponctué de six titres (sur sept possibles), Nathalie Péchalat et Fabian Bourzat veulent se hisser sur le toit de l'Europe à Berne, en danse sur glace. Le couple, quatrième lors des deux dernières éditions, a brillamment commencé son périple en terminant en tête du programme court ce mercredi. Les Français ont une confortable avance sur les Russes et les Britanniques, toujours en embuscade. Après avoir échoué au pied du podium lors des deux dernières éditions des championnats d'Europe de patinage artistique, à Helsinki puis à Tallinn, Nathalie Péchalat et Fabian Bourzat, plus que jamais favoris en danse sur glace, espèrent briser la malédiction et grimper sur le toit de l'Europe cette semaine à Berne. Dans sa course au succès, le couple français a somptueusement gravi le premier obstacle ce mercredi en terminant leader du programme court (66,91 points), étape qui leur avait coûté si chère l'hiver dernier aux Jeux Olympiques de Vancouver (9e place). Suite à leurs deux victoires étriquées en Finlande et en Allemagne cette saison, les Français ont sagement et logiquement modifié leur chorégraphie, optant désormais pour une valse plus classique qu'à l'accoutumée. Un changement probant qui leur a déjà offert des victoires à la Coupe de Chine et à Paris, lors du trophée Bompard, et qui leur ouvre le chemin d'un titre continental. Dans une compétition remaniée et innovante, où l'interprétation originale et la danse imposée ont laissé place à un ballet court, Péchalat et Bourzat, en parfaite osmose technique, ont tranquillement dominé les débats, sans forcer, à la limite de la retenue. Vendredi soir, ils tenteront de rééditer leur performance, dans le programme libre, leur point fort, pour offrir à la France un quatrième titre européen. Les Russes et les Britanniques dans la course Si la voie semble dégagée, les Français, qui possèdent une avance confortable, devront toutefois se méfier des couples russe et britannique. Ekaterina Bobrova et Dmitri Soloviev, champions du monde junior en 2007, ont parfaitement répondu aux attentes placées en eux. Après la grossesse d'Oksana Domnina et le changement de partenaire de Yana Khokhlova, tous les espoirs de médailles russes reposent sur le jeune couple, qui, grâce à sa deuxième place (65,46 points) reste en embuscade. Exilés aux États-Unis depuis 2006, Sinead et John Keer, qui avaient annoncé leur retraite l'hiver passé, restent également dans la course. Les Ecossais, entraînés par Evgueni Platov, champion olympique 94 et 98, totalisent 62,87 points. Federica Faiella et Massimo Scali, pressentis pour se mêler à la lutte finale, sont en revanche quasiment hors-jeu à l'issue de la première étape. Deuxièmes à Lyon, les protégés italiens de Natalia Linitchuk, championne olympique en 1980, ne terminent qu'à la septième place. Malgré un excellent programme, le deuxième couple français, formé par Pernelle Carron et Lloyd Jones, mal récompensé, n'écope que d'un décevant huitième rang (57,23 points) au vu de leur prestation.