Péchalat-Bourzat, patatras !

  • A
  • A
Péchalat-Bourzat, patatras !
Partagez sur :

Troisièmes après le programme court, Nathalie Péchalat et Fabian Bourzat ont vécu un scénario catastrophique ce samedi sur le programme libre des Mondiaux de Moscou. Les Français ont chuté après une minute encaissant deux points de déduction pour terminer à deux dixièmes du podium. Les Américains David et White remportent le titre.

Troisièmes après le programme court, Nathalie Péchalat et Fabian Bourzat ont vécu un scénario catastrophique ce samedi sur le programme libre des Mondiaux de Moscou. Les Français ont chuté après une minute encaissant deux points de déduction pour terminer à deux dixièmes du podium. Les Américains David et White remportent le titre. Une minute de grâce et de maitrise... Nathalie Péchalat et Fabian Bourzat soufflent le public de Moscou ce samedi. Et les Lumières de la Ville, leur thème inspiré de l'univers de Charlie Chaplin, semblent peu à peu se transformer en lueurs de métal, celles d'une première médaille mondiale quelques mois après un magnifique titre européen. Les portés se succèdent, les composantes techniques s'enchaînent parfaitement. La séquence circulaire, cet enchaînement de pirouettes où la coordination compte autant que la technique, est une merveille du genre, toute de virtuosité et d'émotion. Et puis, la tuile, énorme, inattendue, ressortie de leurs pires cauchemars... Fabian Bourzat pensait avoir enfin oublié cette petite faiblesse, ce déséquilibre vers l'arrière qui a tant entravé sa progression. Entraînant sa comparse dans sa chute, le Français tombe lourdement sur la glace. Bien-sûr, les deux ont poursuivi leur programme, courageux et respectueux. Mais la magie s'était belle et bien envolée... Les Shibutani passent devant pour deux dixièmes... A la place, s'installent les calculs et comptes d'apothicaire. Leur avance acquise vendredi après le court allait-elle suffire à glaner leur première médaille mondiale ? L'émotion et leur belle note artistique allaient-elles convaincre le jury ? Le duo Bovrava-Soliviev se place derrière eux comme pour convaincre d'une fin heureuse encore possible. Mais les Américains Shibutani, au terme d'un programme très propre techniquement, brisent rapidement le rêve... pour deux dixièmes de points au cumul des deux programmes. Une poussière, un souffle surtout si l'on considère que les Français ont écopé de deux points de pénalité (déduction) suite à leur chute... Suffisant pour priver le duo de cette première breloque planétaire tant attendue. Car les Canadiens Virtue-Moir et les Américains David et White ne tremblent pas dans la foulée, ces derniers passant même leurs rivaux pour s'offrir l'or. Loin de là, Péchalat-Bourzat ne peuvent que mesurer l'étendue des dégâts, surtout après deux ans et demi d'exil moscovite, de sacrifices et de travail, pour enfin accrocher ce top 3 mondial. La déception ressentie n'en est que plus douloureuse...