Pazzini, la mort dans l'âme

  • A
  • A
Pazzini, la mort dans l'âme
Partagez sur :

Giampaolo Pazzini, chouchou des supporters de la Sampdoria durant deux ans, effectue déjà son come-back à Luigi-Ferraris avec l'Inter Milan, dimanche lors de la 27e journée de Serie A. Parti il y a moins d'un mois, l'international italien clame encore son attachement à son ancien club. Ce qui ne l'a pas empêché de s'intégrer à une vitesse phénoménale dans l'effectif intériste.

Giampaolo Pazzini, chouchou des supporters de la Sampdoria durant deux ans, effectue déjà son come-back à Luigi-Ferraris avec l'Inter Milan, dimanche lors de la 27e journée de Serie A. Parti il y a moins d'un mois, l'international italien clame encore son attachement à son ancien club. Ce qui ne l'a pas empêché de s'intégrer à une vitesse phénoménale dans l'effectif intériste. Le retour à Luigi-Ferraris risque d'être chargé en émotion. Pour Giampaolo Pazzini, transféré il y a moins d'un mois de la Sampdoria à l'Inter, les souvenirs sont encore un peu trop frais. Parfaitement intégré chez les champions d'Italie, d'Europe et du monde, "Il Pazzo" revient sur les terres de ses récents exploits. Et nul ne sait vraiment de quelle façon il sera accueilli. Ce qui est certain en revanche, c'est que pour lui, le déplacement sera particulier. "Quand j'arriverai au stade en bus, l'émotion sera grande, indique ainsi l'ancien Génois dans les colonnes du Corriere Mercantile. Alors, au moment de rentrer sur le terrain... Après, le match commencera, heureusement." Ou malheureusement pour la Samp', si jamais Pazzini poursuit sur la lancée qui l'accompagne depuis son arrivée à l'Inter. Les tifosi de Giuseppe-Meazza l'ont immédiatement adopté, avec un doublé salvateur pour son premier match face à Palerme lors de la 22e journée de Serie A. Alors que les visiteurs menaient de deux buts à la pause, l'international italien est entré après la pause, a marqué deux fois et obtenu le penalty décisif. On a connu pire début... Leonardo, qui souhaitait ardemment sa venue, n'en espérait probablement pas tant. Pas aussi vite en tout cas. "Je gagne tout avec l'Inter, et je reviens" Recruté pour 12 millions d'euros, Pazzini a tout de suite gagné ses galons de titulaire, enchaînant les apparitions d'entrée lors des cinq matches suivants. En Ligue des champions, mercredi face au Bayern, l'Inter a perdu sans lui, privé de C1 pour avoir disputé le tour préliminaire avec la Samp'. Une coïncidence certes, mais une drôle de coïncidence quand même, alors que les Nerazzurri restaient sur cinq victoires et une défaite en Serie A depuis l'arrivée de Pazzini. Peut-être ne s'agit-il que de la douce euphorie des débuts sous ses nouvelles couleurs... Mais quoi qu'il arrive, la Sampdoria, aujourd'hui, s'en mord les doigts. "J'étais très lié à la Samp', j'ai vécu deux années fantastiques." Malgré cette honorable déclaration d'amour, le partenaire - déjà - incontesté d'Eto'o a rapidement ciblé les différences entre son ancien et son nouveau point de chute: "L'envie de gagner de tous les joueurs, mais aussi du coach, même à l'entraînement, indiquait-il devant les caméras de Sky Italia, il y a deux semaines. Quand tu vois ça, tu sais que tu es dans un grand club." Pour ce qui est de la partie réservée à l'entraîneur, le technicien de la Samp' Domenico Di Carlo appréciera, lui qui a vu son duo d'attaquants ravagé lors du mercato puisque Antonio Cassano a rejoint l'autre Milan - une association formée à nouveau par Cesare Prandelli en équipe d'Italie. Pour le reste, difficile de donner tort à Pazzini, qui a déjà échafaudé un plan de retour (dans le Corriere Mercantile): "Je gagne tout avec l'Inter, et je reviens." Pour mieux gérer l'attente, les supporters de la Samp' aimeraient au moins qu'il leur laisse le match de dimanche.