Payet met le feu aux Verts

  • A
  • A
Payet met le feu aux Verts
Partagez sur :

En entamant vendredi un bras de fer avec ses dirigeants dans l'objectif d'être transféré au PSG, Dimitri Payet, absent face à Toulouse samedi, a semé la zizanie au sein de l'AS Saint-Etienne. Samedi soir, Roland Romeyer et Dominique Rocheteau ont tenu à mettre les choses au point, refusant de céder au chantage de l'international alors que son entraîneur, Christophe Galtier "ne veut pas qu'il parte".

En entamant vendredi un bras de fer avec ses dirigeants dans l'objectif d'être transféré au PSG, Dimitri Payet, absent face à Toulouse samedi, a semé la zizanie au sein de l'AS Saint-Etienne. Samedi soir, Roland Romeyer et Dominique Rocheteau ont tenu à mettre les choses au point, refusant de céder au chantage de l'international alors que son entraîneur, Christophe Galtier "ne veut pas qu'il parte". Stéphane Sessegnon ou le mauvais exemple qui fait tache d'huile... En remportant finalement son bras de fer avec le Paris-SG, qui a accepté de le céder à Sunderland samedi pour une somme de 7 millions d'euros (ce qui est plutôt une bonne affaire dans la mesure où le Béninois, dont le contrat expirait en juin 2013, avait été acheté 10 millions au Mans), le nouveau milieu de terrain des Black Cats a montré qu'il était difficile pour un club de s'opposer aux velléités de départ d'un joueur, à condition que celui-ci ait un minimum de valeur marchande. Du côté de Saint-Etienne, Dimitri Payet a retenu la leçon, puisqu'il a décidé à son tour de partir au front contre ses dirigeants, lorsqu'il a reçu une offre de la part du Paris-SG, décidé à réinvestir immédiatement la somme perçue pour s'attacher les services de l'international (3 sélections). Absent vendredi de la mise au vert à la veille de la réception de Toulouse, le Réunionnais était tout aussi invisible à Geoffroy-Guichard samedi, ce qui a provoqué la colère de ses dirigeants. Après la victoire 2-1 sur le TFC, le président du directoire, Roland Romeyer, assisté du directeur sportif Dominique Rocheteau, a ainsi brandi à la presse le fax qu'il avait envoyé le jour-même au patron du PSG, Robin Leproux, pour lui dire que Payet n'était pas à vendre. "Cher Robin, comment un club sérieux pourrait-il envisager de se séparer d'un titulaire à trois jours de la fin du marché ?", a attaqué l'un des deux co-présidents de l'ASSE, avant de préciser le fond de sa pensée: "Dimitri Payet a été prolongé l'année passée, il a été revalorisé, il n'est pas question pour nous de rediscuter un contrat, c'est tout. Il a un contrat jusqu'en 2013, c'est un joueur qui est apprécié par son staff, par ses collègues, on n'a pas compris la dérive. Hier (vendredi), on a été surpris qu'il ne vienne pas au vert comme tous les joueurs après l'entraînement." A sa droite, Dominique Rocheteau a alors ajouté, à l'attention du joueur et surtout de son entourage: "Je connais un peu Dimitri, je veux croire que c'est une erreur de jeunesse, qu'il est mal conseillé. Je mets plus la faute sur ses conseils que sur lui." Galtier: "Je vous donne ma position: je ne veux pas qu'il parte" Pour Dimitri Payet, les deux derniers jours du mercato d'hiver s'annoncent tendus, ses dirigeants ne semblant absolument pas décidés à céder à son chantage au boycott. Roland Romeyer l'a encore rappelé samedi après la victoire des Verts sur le TFC (2-1): "Je suis très navré de sa position étant donné que c'est un joueur talentueux. Je pense que tout le monde y perd. Dans un conflit, quel qu'il soit, les deux parties perdent. Je suis désolé parce qu'il y a une très bonne ambiance, un bon groupe. Ce n'est pas un problème financier ou de niveau, c'est un problème sportif: demandez aux 20000 spectateurs qui étaient là aujourd'hui (samedi), si on laisse partir Payet, ça veut dire qu'on est un club sans ambition. Il faut qu'il revienne à de meilleures intentions, qu'il rejoigne le groupe et qu'il s'excuse." Même discours ferme de la part de l'entraîneur Christophe Galtier qui souhaite que les choses rentrent vite dans l'ordre: "C'est une situation qu'il va falloir gérer avec beaucoup de calme et de lucidité, nous au club, mais surtout lui. Je suis l'entraîneur de l'AS Saint-Etienne, j'ai un de mes meilleurs joueurs, un international, qui est sous contrat encore pendant deux saisons et demie. Si ma mémoire est bonne, je n'ai pas souvenir qu'un international en cours de saison, au mercato d'hiver, ait quitté son club. Je peux comprendre que Dimitri soit attiré pat un autre club, mais il faut aussi savoir respecter ma position d'entraîneur qui ne souhaite pas voir partir un de ses meilleurs joueurs. Je vous donne ma position: je ne veux pas qu'il parte." Dimitri Payet, auteur d'un début de saison tonitruant (8 buts en 9 journées de Ligue 1), mais muet depuis dix matches de Championnat, rentrera-t-il dans le rang ou jouera-t-il la politique de la terre brûlée ? Réponse dans les prochaines heures...