Pau, sacré promu !

  • A
  • A
Pau, sacré promu !
Partagez sur :

Remonté en Pro A en début de saison un an après sa relégation, Pau-Lacq-Orthez ne se contente pas d'un rôle de figurant. Huitième du championnat, et donc idéalement placé dans la course aux play-offs avant la réception de Poitiers vendredi lors de la 23e journée, l'Elan Béarnais a trouvé la bonne formule et gardé le cap. Malgré les coups durs.

Remonté en Pro A en début de saison un an après sa relégation, Pau-Lacq-Orthez ne se contente pas d'un rôle de figurant. Huitième du championnat, et donc idéalement placé dans la course aux play-offs avant la réception de Poitiers vendredi lors de la 23e journée, l'Elan Béarnais a trouvé la bonne formule et gardé le cap. Malgré les coups durs. Il n'y a pas deux équipes comme Pau-Lacq-Orthez, cette saison en Pro A. Même pas Limoges, qui avait le même profil de promu emblématique revanchard mais s'est trop vite embourbé dans les profondeurs du championnat. Après deux années compliquées, celle de la relégation puis celle de la remontée, l'Elan Béarnais est en train de réussir son premier pari: redevenir un club solide de l'élite. Il pourrait même passer à l'étape suivante plus tôt que prévu en accrochant une place en quarts de finale dans quelques semaines. Dans les faits, pourtant, l'équipe coachée par Didier Dobbels n'a rien d'équilibrée. Avec déjà dix-neuf joueurs utilisés, dont quatre pigistes médicaux plus Laurent Sciarra et Mike Bauer qui ont mis un terme à leur saison prématurément, les Palois ont même battu des records d'instabilité. Des mouvements en pagaille qui n'ont pas facilité la tâche de l'entraîneur béarnais. Mais la force du staff est d'avoir su trouver une solution à chaque problème. Avec des jokers performants, notamment Junior Elonu et Teddy Gipson. Bien sûr, le constat aurait peut-être été un peu moins flatteur si Pau n'avait pas battu l'OLB le week-end dernier (72-66). Un troisième succès en déplacement arraché grâce à un... 22-0 dans les six dernières minutes qui a fait basculer le club béarnais du bon côté. "On vise les play-offs, mais la course est serrée", tempère Teddy Gipson dans les colonnes de Sud Ouest. Si les six voire les sept premiers billets pour les phases finales sont presque déjà attribués, le huitième est toujours à portée du Mans, d'Orléans et de Strasbourg. Et l'Elan n'a aucun point-average particulier favorable contre ces équipes-là. La passe de sept au Palais des Sports ? La marge de manoeuvre des Béarnais est donc limitée mais elle existe. C'est déjà ça. A titre de comparaison, le CSP Limoges n'en a aucune. "Avec onze victoires, ce n'est peut-être pas fini, assure Didier Dobbels. On va s'efforcer de garder la même dynamique. L'objectif reste de gagner un match de plus." Celui à venir contre une équipe de Poitiers première non relégable et dans le doute, vendredi soir lors de la 23e journée de Pro A, est pour Pau-Lacq-Orthez l'occasion idéale d'enchaîner. Et de poursuivre cette excellente série de six victoires de rang au Palais des Sports, la dernière défaite à domicile remontant au 27 novembre. "On dispose d'un joker en plus mais gagner ici (à Orléans) ne sert à rien si on ne parvient pas à confirmer vendredi prochain face à Poitiers, explique Didier Gadou, le directeur exécutif du club, sur France Bleu Béarn. Ce match à domicile doit nous permettre de consolider ce succès acquis à Orléans." Junior Elonu, dont le contrat a été prolongé cette semaine pour pallier la blessure de Marko Maravic, sera normalement de la partie et tentera d'aligner un troisième double-double consécutif. Frédéric Moncade, touché au mollet droit depuis deux semaines, devra lui encore patienter avant de retrouver les parquets.