Pastore pense à la Liga

  • A
  • A
Pastore pense à la Liga
Partagez sur :

Interrogé par la radio italienne Radio Radio sur sa nouvelle vie parisienne, Javier Pastore dresse un bilan de ses cinq premiers mois dans la capitale. Le moins que l'on puisse dire est que certains de ses propos peuvent surprendre les supporters parisiens. Pastore ressent-il un véritable mal-être dans la capitale ? Ou s'agit-il de propos maladroits ?

Interrogé par la radio italienne Radio Radio sur sa nouvelle vie parisienne, Javier Pastore dresse un bilan de ses cinq premiers mois dans la capitale. Le moins que l'on puisse dire est que certains de ses propos peuvent surprendre les supporters parisiens. Pastore ressent-il un véritable mal-être dans la capitale ? Ou s'agit-il de propos maladroits ? Une pièce de plus au dossier. Après avoir donné récemment une interview controversée au mensuel So Foot, où il déclarait notamment "Au PSG, je suis dans une zone et je n'en sors pas, je ne me sens pas libre. En France, on joue avec la tête baissée", Javier Pastore s'est exprimé jeudi sur les ondes de Radio Radio. Les propos tenus par l'Argentin sur cette radio italienne ne font pas de mystère sur son implication envers le club de la capitale : "J'ai 22 ans, je veux continuer à grandir et m'améliorer dans beaucoup de domaines. Alors je continue à travailler tous les jours avec beaucoup d'envie et si tout va bien, j'aurais un jour la possibilité de partir dans un grand club, pourquoi pas espagnol. C'est mon rêve et je fais tout pour y parvenir" El Flaco évoque ensuite l'élimination en Ligue Europa: "On a été éliminé car on a perdu un match important avant celui de Bilbao (à Salzbourg, 0-2, ndlr). La qualification s'est jouée en Autriche. Mais on a joué avec une équipe de rechange, des joueurs pas titulaires, et on a perdu. Ses coéquipiers goûteront le commentaire... Javier Pastore confie également son attachement à Palerme, son ancien club, là où les nouveaux dirigeants parisiens sont venus le chercher pour un montant estimé à 42 millions d'euros: "Le foot italien me manque et surtout Palerme. Ici en France, les tifosi sont beaucoup plus froids qu'en Italie." Evoquant Antoine Kombouaré, le milieu de terrain affirme que ce dernier l'a "toujours bien traité." Le coach parisien appréciera certainement mais cette interview risque de provoquer quelques vagues autour de l'Argentin. Et c'est pas bienvenu dans une période assez délicate pour lui.