Pas de supporters parisiens à Caen

  • A
  • A
Pas de supporters parisiens à Caen
@ Reuters
Partagez sur :

COUPE DE FRANCE - Le quart de finale Quevilly-PSG sera sous haute surveillance.

COUPE DE FRANCE - Le quart de finale Quevilly-PSG sera sous haute surveillance. Il n'y aura donc pas de supporters du PSG à Caen, pour la demi-finale de la Coupe de France entre le petit Poucet de Quevilly (CFA, amateurs) et le PSG. Ce n'est évidemment pas une surprise. Depuis les incidents qui ont marqué l'avant-match de PSG-OM et qui ont conduit au décès d'un supporter du Kop de Boulogne, le président parisien Robin Leproux avait décidé d'un gel des déplacements officiels jusqu'à nouvel ordre. Et depuis PSG-Sochaux du 13 mars dernier, Claude Makelele et consorts ont disputé tous leurs matches à huis clos, après les décisions de fermeté prises par la Ligue et les pouvoirs publics. Cette fois, c'est la fédération (FFF), qui organise la Coupe de France, qui a annoncé jeudi que l'accès au Stade Michel-d'Ornano de Caen serait interdite aux fans dU PSG pour des raisons de sécurité. "Le club de Paris-Saint Germain ayant décidé de ne plus vendre, jusqu'à nouvel ordre, de billets pour ses matches à l'extérieur, la rencontre US Quevilly-PSG sera interdite d'accès aux supporters du PSG", explique ainsi la FFF dans un communiqué. Cette demi-finale de Coupe de France, initialement prévue au Stade Robert-Diochon de Rouen, où Quevilly a déjà éliminé Rennes et Boulogne, deux clubs de L1, a été déplacée au Stade Michel-d'Ornano de Caen, situé beaucoup plus à l'Ouest mais qui bénéfice de normes de sécurité plus élevées. Les conditions pour obtenir un billet pour cette demi-finale sont drastiques: "La vente se fera uniquement dans des points de vente physiques ouverts à Quevilly, Rouen et Caen, explique la FFF. Il n'y aura pas de vente par internet et pas de vente aux guichets du Stade Michel-d'Ornano le jour du match. L'achat de billets ne sera ouvert qu'aux personnes résidant dans les cinq départements de Haute-Normandie et de Basse-Normandie (Seine-Maritime, Eure, Calvados, Manche, Orne) et l'identité des acheteurs sera relevée au moment de l'achat. La vente sera limitée à quatre billets par acheteur. Le nom de l'acheteur figurera sur chaque billet vendu". Et revoilà la "banderole anti-Ch'tis"... Autour de la rencontre, le ministère de l'Intérieur a annoncé la mise en place d'un dispositif de sécurité exceptionnel avec plus de 800 policiers et gendarmes mobilisés. Ce dispositif, qui comprend notamment une section d'intervention rapide récemment créée pour lutter contre les hooligans, aura pour but de repérer tout déplacement éventuel de supporters parisiens. En sus, le ministre de l'Intérieur a donné instruction au préfet de Basse-Normandie de prendre un arrêté d'interdiction de stationnement et de circulation sur la voie publique de personnes "se prévalant de la qualité de supporteur du club du Paris-Saint-Germain" ou "connues" comme tels. Le jour du match, il sera donc interdit d'arborer les couleurs du PSG... Si la sécurité n'a pas de prix, elle ne semble pas avoir de limites non plus. Comme si cela ne suffisait pas au malheur du PSG, la FFF a remis à l'ordre du jour la banderole déployée en mars 2008 lors de la finale de la Coupe de la Ligue face à Lens (2-1 a.p.). Cette blague de mauvais goût - "Pédophiles, chômeurs, consanguins : bienvenue chez les Ch'tis" -, qui a déjà entraîné la dissolution des Boulogne Boys, pourrait coûter, cette fois, au PSG. D'abord exclu de l'édition 2009 de la l'épreuve par la LFP et la FFF, le club parisien avait vu cette sanction annulée par le Conseil d'État. "Il nous faut donc reprendre le chemin disciplinaire au début, a expliqué le directeur juridique de la Fédération (FFF), Jean Lapeyre. La commission supérieure d'appel de la FFF va se réunir avant la fin de la saison et proposer une nouvelle sanction, de l'amende jusqu'au huis clos". Ce qui serait finalement surprenant, c'est que le PSG soit cette fois condamné à une amende...