Pas d'Evra, pas de débat

  • A
  • A
Pas d'Evra, pas de débat
@ Reuters
Partagez sur :

EQUIPE DE FRANCE – En évoquant un "critère sportif", Blanc a éteint la polémique sur Evra.

Patrice Evra. "Juste une réflexion sportive." Laurent Blanc l'a souligné à deux reprises. S'il n'a pas retenu le joueur de Manchester United, c'est uniquement en raison de son rendement sur le terrain. "J'ai tenu compte également de la performance d'Eric Abidal sur le dernier match (en Angleterre) qui a été très bonne." En ne retenant pas Evra "sur des critères sportifs" - "la porte est toujours ouverte" -, le sélectionneur a mis fin – provisoirement ? – à la polémique suscitée par les propos de la ministre des Sports.

Chantal Jouanno. "On n'arrive pas à discuter ensemble." Laurent Blanc a expliqué avoir des difficultés à établir le contact avec la ministre des Sports, visiblement difficilement joignable. Interrogé et réinterrogé sur cette polémique, le "Président" a répété ce qu'il avait déjà dit. "Chacun a le droit d'avoir son avis", "Il faut faire attention avec les avis trop marqués", avant de préciser : "les 23 qui étaient là-bas, et pas seulement Patrice Evra, ont eu un comportement indigne". Mais on commence à sentir que "Lolo" a envie de passer à autre chose...

La taupe. "Elle est pas morte c'te taupe, elle vit toujours ?", a plaisanté Laurent Blanc. La taupe, c'est cette fameuse personne qui aurait révélé la dispute dans le vestiaire entre Raymond Domenech et Nicolas Anelka lors de la dernière Coupe du monde. Dans un entretien paru mardi dans France football, Eric Abidal a relancé le débat : "oui, il y avait une taupe dans le groupe. Mais cette taupe-là n'est pas bonne, parce qu'elle balance de mauvaises infos." Le défenseur du Barça soutient qu'Anelka n'a pas proféré les insultes reproduites dans à l’époque à la Une de L'Equipe.

Laurent Koscielny. La liste de Laurent Blanc ne contient qu'un seul nouveau nom : Laurent Koscielny, ancien défenseur de Lorient transféré à Arsenal l'été dernier. "Je trouve qu'il est en progrès constants dans ses prestations. En ce moment, il se découvre même des talents de buteur sur coups de pied arrêtés." Mercredi, Koscielny a inscrit le but de la victoire d'Arsenal face à Everton (2-1). "Il mérite de prendre la température du groupe France", a estimé le sélectionneur.

Yoann Gourcuff. Si l'on ne tenait compte que des performances, la présence de Yoann Gourcuff dans le groupe des 23 - comme celle d'Alou Diarra -, pourrait être vue comme une immense surprise. Mais évidemment, le joueur lyonnais a un contact privilégié avec Laurent Blanc, qui l’a entraîné pendant deux saisons à Bordeaux. "Il y a des joueurs qui ont eu des passages à vide, qui durent depuis longtemps... Je les connais très bien (Gourcuff et Diarra). A nous de leur donner un signe, de leur montrer qu'on compte sur eux."

Karim Benzema. "Il est sur le bon chemin." C'est le sélectionneur qui le dit. Auteur d'une prestation quelconque mercredi soir face à Séville en Coupe du Roi (2-0) après quelques matches satisfaisants, l'attaquant français a du mal à enchaîner. "Ces performances sont encourageantes même si je pense qu'il est capable de faire beaucoup,... beaucoup mieux." Le fait de répéter "beaucoup mieux" n'est évidemment pas anodin.

Dimitri Payet. Tranchant lors de ses entrées en jeu face à la Roumanie (2-0) et le Luxembourg (2-0) en octobre dernier, Dimitri Payet n'a cette fois pas été retenu. Pourquoi lui n'a-t-il pas droit à un "signe" ? Laurent Blanc cherche ses mots. "Payet, non, c'est surtout..." Ses performances, serait-on tenté d’ajouter, aussi anecdotiques depuis plusieurs semaines que celles de Gourcuff. "Lui aussi connaît quelques difficultés. A un moment donné, il faut faire des choix dans des zones de jeu. C'est aussi le métier du sélectionneur de faire des choix. Et là, j'ai choisi Menez et Rémy."

Les handballeurs. "Quand on équipe de France gagne, on dit : "ils ne sont pas comme les footballeurs". Ne vous inquiétez pas, quand l'équipe de France (de foot) se remettra à gagner, les Français seront à nouveau derrière elle." Le sélectionneur a paru agacé par les comparaisons faites sans cesse entre les "footeux" et les autres. Pourtant, il a commencé sa conférence de presse en déclarant : "je voulais d'abord féliciter les handballeurs, Claude Onesta et son staff, les joueurs également." Ne donnerait-il pas un peu le bâton pour se faire battre ?

La sélection :

Gardiens : Cédric Carrasso (Bordeaux), Hugo Lloris (Lyon), Steve Mandanda (Marseille), .Défenseurs : Eric Abidal (Barcelone), Gaël Clichy (Arsenal),Laurent Koscielny (Arsenal), Philippe Mexès (AS Rome), Adil Rami (Lille), Anthony Réveillère (Lyon), Bacary Sagna (Arsenal), Mamadou Sakho (PSG).
Milieux : Yohan Cabaye (Lille), Abou Diaby (Arsenal), Alou Diarra (Bordeaux), Yoann Gourcuff (Lyon), Blaise Matuidi (Saint-Etienne), Yann M'Vila (Rennes).
Attaquants : Karim Benzema (Real Madrid), Kevin Gameiro (Lorient), Guillaume Hoarau (PSG), Florent Malouda (Chelsea), Jérémy Menez (AS Rome), Loïc Rémy (Marseille).