Parra: "On descendra toujours du bus"

  • A
  • A
Parra: "On descendra toujours du bus"
Partagez sur :

Le fiasco romain du XV de France à l'approche de la Coupe du monde aura suffi à ranimer le spectre de Knysna et de la faillite des joueurs de Domenech en Afrique du Sud. Mais si la Ministre des Sports s'annonce déjà à Marcoussis pour porter la bonne parole, les joueurs rejettent ce parallèle qui à leurs yeux n'a pas lieu d'être.

Le fiasco romain du XV de France à l'approche de la Coupe du monde aura suffi à ranimer le spectre de Knysna et de la faillite des joueurs de Domenech en Afrique du Sud. Mais si la Ministre des Sports s'annonce déjà à Marcoussis pour porter la bonne parole, les joueurs rejettent ce parallèle qui à leurs yeux n'a pas lieu d'être. Il fallait s'y attendre... Alors que la tentation ridicule d'un parallèle avec le fiasco de la Coupe du monde de football pointe à l'horizon, le Ministère des Sports annonce la visite ce jeudi, au CNR de Marcoussis, l'antre de l'équipe de France de rugby, de la Ministre, Madame Chantal Jouanno. Cette dernière sera accompagnée dans sa visite des installations du CNR et du siège de la Fédération française (FFR) par son Président Pierre Camou, le manager général du XV de France, Jo Maso, et le Directeur Technique National Jean-Claude Skrela. Telle une Roselyne Bachelot, qui l'a précéda dans ses fonctions, toujours prompte à s'immiscer dans les affaires des Bleus, qu'ils soient du football ou d'ailleurs, la Ministre rencontrera les joueurs de Marc Lièvremont à l'occasion d'une démonstration du simulateur de mêlée par les avants du XV de France, puis d'une visite de la salle de musculation en présence des joueurs des lignes arrières. Dusautoir et les siens n'avaient-ils donc pas mieux à faire que de montrer leurs muscles au membre du gouvernement... Des sifflets après le match à Rome En réponse à ces accusations de dérive, les Tricolores se sont élevés mardi contre toute tentative d'assimilation de leur défaite à Rome avec l'échec des hommes de Domenech au Mondial en Afrique du Sud l'an dernier. "Nous, nous descendrons toujours du bus", a sèchement répondu le demi de mêlée Morgan Parra à un journaliste, qui tentait de faire ce parallèle avec les mutins de Knysna. En écho, l'ailier Vincent Clerc a lui aussi jugé qu'il n'y avait "pas de comparaison possible". "On est sur une défaite sportive et pas dans un problème de comportement", souligne le Toulousain. "Ça n'a rien à voir avec ce qui s'est passé en Afrique du Sud avec les joueurs de l'équipe de France de football." Ce qui n'empêche pas les Bleus de craindre la réaction négative samedi, au Stade de France, d'un public forcément marqué par les images d'une équipe au-dessous de tout en Italie et sans doute plus enclin aux raccourcis, aussi injustes soient-ils. "C'est sûr qu'aux yeux des Français on est passés pour des cons. Certains qui ont fait la récup physique ont été sifflés par les supporters français à Rome. On sait qu'on s'est mis tout seuls dans une galère", s'inquiète Parra. "Maintenant, on espère quand même avoir le public avec nous pour nous aider à passer ce palier", ose-t-il. "C'est déjà compliqué de retrouver cette envie qui nous a manqué et si on a le public contre nous ce sera encore plus compliqué."