"Parra ne pèse pas individuellement..."

  • A
  • A
"Parra ne pèse pas individuellement..."
Partagez sur :

Consultant de Canal+ en Nouvelle-Zélande, Yann Delaigue revient pour nous sur les choix de Marc Lièvremont avant le match du XV de France contre les Tonga. Pour l'ancien demi d'ouverture des Bleus, le fait d'avoir maintenu Morgan Parra en n°10 est "surprenant". Quant à l'absence de Louis Picamoles, elle est, selon lui, "sévère".

Consultant de Canal+ en Nouvelle-Zélande, Yann Delaigue revient pour nous sur les choix de Marc Lièvremont avant le match du XV de France contre les Tonga. Pour l'ancien demi d'ouverture des Bleus, le fait d'avoir maintenu Morgan Parra en n°10 est "surprenant". Quant à l'absence de Louis Picamoles, elle est, selon lui, "sévère". "On entend, ici et là, que Marc Lièvremont souhaiterait fixer une équipe-type, ce qui n'a jamais été le cas jusqu'à aujourd'hui. Il a donc décidé de refaire confiance à Parra en n°10. On aurait pu penser, quand il l'a aligné contre les Blacks, qu'il voulait montrer à Trinh-Duc qu'il n'était pas forcément très content de lui et à la fois qu'il valait mieux avoir à le tester dans un match de haut niveau pour avoir une solution en cas de blessure de François. Finalement, c'est beaucoup plus que ça puisqu'il compte en faire son nouveau titulaire à ce poste-là. C'est assez surprenant. Pour des matches de cette importance, je pense qu'il faut plutôt des spécialistes, quelqu'un qui a l'habitude d'y jouer." "Contre la Nouvelle-Zélande, Parra a fait une bonne prestation. Mais à la différence de Trinh-Duc, il ne pèse pas sur les défenses de manière individuelle. Il ne va pas autant provoquer que François. Morgan est plus dans le "faire jouer" que dans le "jouer pour soi". C'est aussi intéressant, mais François a, je trouve, une corde de plus à son arc. L'autre interrogation majeure avec cette composition d'équipe, et ça vaut pour Parra comme pour d'autres, c'est qu'on n'a pas de joueurs au pied. Parra, qui n'a pas cette habitude-là, aurait pu être suppléé par un autre dans ce domaine mais là, ce n'est pas le cas. On n'a, par exemple, pas de centres qui peuvent compenser à ce niveau-là." "Picamoles ? J'espère que c'est un choix purement sportif" "Si cette équipe est celle qui affrontera l'Angleterre en quarts, c'est un élément à prendre en compte. Encore faut-il que ça se passe bien contre les Tonga. Dans le cas contraire, Marc pourra encore revenir sur certaines choses. D'un point de vue plus général, on peut voir que William (Servat) a pris la place de talonneur au sein d'une première ligne qui n'a pas changé. C'est dû à sa dernière prestation: quand il est entré face aux Blacks, on a vu une équipe plus conquérante en mêlée fermée. En troisième ligne, je trouve que c'est sévère pour Picamoles. Les erreurs défensives étaient plus collectives qu'individuelles, et il paie un peu pour les autres. J'espère que c'est un choix purement sportif, que ses déclarations n'y sont pour rien." "A mon avis, Lièvremont voulait surtout revoir Lakafia. Mais, selon moi, Picamoles est un joueur essentiel dans cette équipe de France parce qu'il est l'un des rares capables d'avancer sur sa puissance. Il y a Servat et lui. Et aujourd'hui, on ne fait pas jouer un mec comme ça alors qu'il n'est pas plus responsable que les autres des erreurs défensives qu'on a vues face aux Néo-Zélandais. Pour Traille, lui aussi écarté, pas grand-chose à dire: il y a tout simplement de meilleurs joueurs. Palisson, qui avait été excellent lors des matches de préparation, c'était important de le remettre. On ne peut pas non plus se passer de Médard, qui apporte des qualités offensives particulières." "Marc, ça fait un an qu'il se fait tailler, il en a un peu marre" "Je pense que Marc a beaucoup de pression sur les épaules et elle est pour lui un peu difficile à gérer. Il a eu quelques égarements dans son discours face à la presse, mais bon, si ça permet au groupe de se resserrer, ce n'est peut-être pas plus mal ; ça fait un an qu'il se fait tailler, il en a un peu marre. Il y a aussi certains journalistes qui, le sachant un peu sur les nerfs, le titillent un peu là où ça fait mal. Et comme c'est quelqu'un d'entier... Mais ce genre de réflexions, ça fait surtout parler les journalistes, pas les joueurs. Quand un sélectionneur dit à un journaliste: "Tu m'emmerdes avec ta question", je crois vraiment que le groupe s'en fout. On peut même considérer qu'il est soutenu." "Face aux Tonga, je m'attends à un match compliqué. On sera à notre niveau, juste un peu au-dessus du leur. On est capables de hausser notre rythme de jeu, mais seulement contre des équipes qui jouent déjà un ton au-dessus. C'est un peu comme un tennisman classé 30 qui gagne péniblement contre un 30/4, mais élève son niveau de jeu face à un 15. Dans ce sens, la défaite contre les Blacks est un peu inquiétante, parce qu'il y avait clairement une différence entre eux et nous, mais aussi un peu rassurante: maintenant qu'on les a joués, on sait ce qu'il faut faire pour atteindre ce niveau-là. On sait où il faut aller, ce match nous sert d'étalon pour la suite de cette Coupe du monde."