Parra: "C'est son choix..."

  • A
  • A
Parra: "C'est son choix..."
Partagez sur :

Pour la deuxième fois de rang après Twickenham, Morgan Parra est cantonné dans l'ombre de Dimitri Yachvili, reconduit au poste de n°9, à un statut de remplaçant pour le déplacement du XV de France samedi, à Rome. Une condition et une mise en concurrence, dont le Clermontois prétend s'accommoder, tout en étant plus désireux que jamais de recouvrer son rôle de patron de la mêlée tricolore.

Pour la deuxième fois de rang après Twickenham, Morgan Parra est cantonné dans l'ombre de Dimitri Yachvili, reconduit au poste de n°9, à un statut de remplaçant pour le déplacement du XV de France samedi, à Rome. Une condition et une mise en concurrence, dont le Clermontois prétend s'accommoder, tout en étant plus désireux que jamais de recouvrer son rôle de patron de la mêlée tricolore. Morgan, que vous inspire ce nouveau statut de remplaçant pour affronter l'Italie à Rome ? Qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ? Ce sont les choix de l'entraîneur. C'est comme ça, on fait avec. Je suis compétiteur et j'ai envie de jouer. On fait avec, mais rien n'empêche de garder la bonne humeur pour le bien du groupe parce que Dimitri (Yachvili) lorsqu'il était à ma place n'a jamais cherché à mettre une mauvaise ambiance. Maintenant, l'important, c'est d'essayer d'apporter un plus si j'ai la chance de rentrer en cours de jeu, l'envie que j'ai de redevenir titulaire. Parce que j'en ai envie, c'est sûr. La roue tourne. Je vais travailler pour sortir de cette impasse. Marc Lièvremont confirme sa volonté de travailler avec deux n°9 sur un pied d'égalité. N'y a-t-il pas un plus grand besoin encore au poste de n°9 d'être titulaire sur le long terme ? Oui, c'est sûr, surtout en neuf, mais c'est son choix. Nous, on l'accepte et on travaille comme ça. Rien n'empêche de vouloir bosser et de faire avancer l'équipe, que ce soit Dimitri ou moi. "Je n'ai pas l'impression de servir totalement..." Est-ce que selon vous le choix du sélectionneur se fait sur la forme de l'un ou de l'autre, ou en fonction de l'adversaire ? Je ne sais pas. On n'a pas discuté. Je n'ai pas échangé. Je n'ai pas eu de rapport avec Marc après l'annonce. Vous lui avez posé la question ? Il vous a répondu ? Je vais rester là-dessus, on est tous les deux pareils, c'est ça, c'est le sélectionneur qui fait les choix. Remplaçant, c'est un statut nouveau pour vous. Est-ce déstabilisant ? On est tous titulaires dans nos clubs. On n'a pas l'habitude d'être dans ces situations-là. Un coup, je commence. Un coup, je finis. Un coup, je ne finis pas. C'est son choix, ce n'est pas le mien. Il a dit qu'on tournait avec Dimitri, c'est comme ça. Ce n'est pas mon problème, c'est le sien. Moi, je ne suis que joueur, alors je fais avec. Quand je ne joue pas, je n'ai pas l'impression de servir totalement, ou alors sans être trop investi. Remplaçant, c'est une vue différente. Quand on observe le match de l'extérieur, on ne ressent pas l'intensité, on ne s'en imprègne pas. Mais bon, j'essayerai d'apporter davantage quand j'entrerai. Maintenant, c'est lui qui vous dira ce qu'il pense de mes performances, pas moi.