Paroles de bizuths...

  • A
  • A
Paroles de bizuths...
Partagez sur :

Ils s'appellent Estebanez, Schuster ou Arias et partagent la même inexpérience du niveau international. Totalement néophytes pour le centre briviste et le pilier catalan, à peine initié en ce qui concerne l'ailier parisien, crédité d'une seule fin de match jouée face aux Wallabies en 2009: les petits derniers du XV de France évoquent leur première titularisation à venir samedi, à Nantes, face aux Fidji.

Ils s'appellent Estebanez, Schuster ou Arias et partagent la même inexpérience du niveau international. Totalement néophytes pour le centre briviste et le pilier catalan, à peine initié en ce qui concerne l'ailier parisien, crédité d'une seule fin de match jouée face aux Wallabies en 2009: les petits derniers du XV de France évoquent leur première titularisation à venir samedi, à Nantes, face aux Fidji. Julien ARIAS (Stade Français, 27 ans ; 1,78 m, 82 kg - Ailier du XV de France, 1 sélection [aucune titularisation]): "Un bon coup à jouer, oui, mais déjà pour l'équipe... Je ne suis pas un héros, je suis un simple joueur de rugby. Après, si ça doit bien marcher individuellement, alors tant mieux ! Mais ça n'est pas une fin en soi. Il est certain qu'on a toujours envie de bien figurer quand on a la chance d'évoluer en équipe de France. Du fait que je connais un peu plus le groupe, l'intégration est plus facile. Maintenant, quand on arrive dans un groupe, on ne va pas fanfaronner. Je suis concentré pour essayer d'être le plus performant avec le collectif. (...) On travaille à trente et le but est de faire bosser tout le groupe. Tout le monde a beau nous prédire la victoire face aux Fidjiens, on sait que, même s'ils ne sont pas aussi bons que l'équipe de France collectivement, ce sont des joueurs assez bons dans le un contre un. En tout cas, on s'attend un gros match qu'il faudra gagner comme il faut..." Fabrice ESTEBANEZ (CA Brive Corrèze, 28 ans ; 1,86 m, 97 kg - 3/4 centre du XV de France, 0 sél.): "Cette sélection, ça fait un petit moment que je l'attends. Je suis très fier d'y être et j'ai hâte parce que je suis quelqu'un d'ambitieux. (...) Je suis dans la même excitation que lors de ma première sélection à treize et la même joie de pouvoir porter ce maillot. Il faut en être digne et fier (...) La différence se fera sur l'envie qu'on va y mettre et l'investissement, et si chacun a envie d'être meilleur que son vis-à-vis. (...) Il n'y a pas de pression par rapport au fait d'enfiler le maillot de Yannick (Jauzion), au contraire, plutôt l'envie d'essayer de rivaliser avec ce qu'il a accompli par le passé. (...) Il y a quand même des joueurs comme Damien (Traille) ou David (Skrela), comme Dimitri (Yachvili), qui ont énormément d'expérience et l'habitude de jouer ces rencontres pour nous encadrer. Nous, on va essayer d'apporter notre jeunesse pour pouvoir réussir à faire quelque chose de bien samedi. On n'aura pas, je pense, beaucoup plus de matches pour se montrer, donc ce sera un tournant dans ma carrière internationale." Guilhem GUIRADO (USAP, 24 ans, 1,80 m, 99 kg - Talonneur du XV de France, 5 sél. [aucune titularisation]): "Cinq sélections, ce n'est pas énorme. C'est un peu le chef d'orchestre qu'on met au milieu d'une fosse aux lions. je ne vais pas essayer de faire ce que je ne maîtrise pas. leader, avec cinq bouts de match en équipe de France ? Pas question de surjouer. je vais juste me concentrer sur la mêlée et la touche. On a beaucoup de repères avec Jérôme (Schuster) en club, on a eu l'occasion de se côtoyer avec Luc (Ducalcon) lors de précédents rassemblements. Je pense qu'on est bien encadré par la deuxième ligne, ils sauront nous apporter si on rencontre des soucis... La mêlée, c'est huit joueurs en face qui feront au moins la même puissance et le même poids que nous. A nous de les concentrer pour bien faire notre boulot devant, ça passera par du jeu plus axial, d'où la nécessité de bien tenir le ballon." Jérôme SCHUSTER (USAP, 25 ans ; 1,80 m, 105 kg - Pilier du XV de France, 0 sél.): "J'ai appris la bonne nouvelle ce (mardi) matin... C'est vrai que ça va très vite, j'étais déjà très heureux de faire partie du groupe des 30 pour la tournée, cette première titularisation, c'est un grand bonheur. Mais ce n'est pas compliqué, je suis bien accompagné, j'ai mon cousin (Nicolas Mas) et trois autres collègues de club, donc l'intégration se fait plus vite. Quand on arrive, c'est un peu impressionnant de voir tous ces grands joueurs, ils m'aident pour m'imposer dans ce groupe. (...) C'est dommage, Nicolas Mas est 23e homme, ç'aurait été beau de reconstituer la première ligne de l'Usap, mais je suis déjà content d'y être avec Guilhem (Guirado) et Luc (Ducalcon), qui est un bon pilier. (...) On a une carte à jouer, on le sait, c'est samedi, il faudra tout donner et montrer aux entraîneurs qu'ils avaient raison de nous faire confiance. Quand on voit le Grand Chelem et la mêlée conquérante de l'équipe de France dans le dernier Tournoi, ça rajoute un peu de pression. Il faudra être à un très haut niveau."