Parme, la renaissance

  • A
  • A
Parme, la renaissance
Partagez sur :

FOOTBALL: Parme reçoit la Fiorentina samedi dans le cadre de la 13e journée de Serie A avec pour mission de confirmer son bon début de saison.

La réception de la Fiorentina samedi dans le cadre de la 13e journée de Serie A est l'occasion pour Parme de confirmer son bon début de saison. Septième au classement général, le promu aura à coeur de prouver qu'il est de retour sur la scène italienne et qu'il est capable de titiller les formations à vocation européenne. Parme dans le haut de tableau en Série A, voilà une image qui nous ramène presque dix ans en arrière. A cette époque, les Thuram, Crespo ou autres Buffon soulevaient une coupe d'Europe ou une coupe d'Italie presque chaque année. Financé en grande partie par l'argent de la Parmalat, le club est rentré dans le rang après la banqueroute du géant des produits laitiers, et on craignait même beaucoup pour lui après la relégation de l'équipe en Série B en 2008. Mais depuis, la période d'instabilité est terminée, et sous la houlette de Francesco Guidolin, arrivé juste après la descente du club, Parme est en train de retrouver un classement plus conforme à son standing. Septièmes de Série A, avec 20 points en 12 journées, les Parmesans se retrouvent en position de lutter pour place en Coupe d'Europe, à un point seulement de la Fiorentina, 4e, qu'ils retrouvent samedi. Contrairement aux années précédentes, où des joueurs importants comme Bonera, Frey ou Gilardino avaient été vendus pour renflouer les caisses, l'entraineur en place a pu s'appuyer le même groupe que la saison passée. Prolongé en début du présent exercice jusqu'en 2011, Guidolin s'est même offert quelques recrues de choix, telles que Panucci, Bojinov ou le champion du monde Zaccardo, rapatrié de Wolfsburg: "La continuité doit être l'une de nos caractéristiques, l'une de nos armes et nous devons l'exploiter au maximum. Nous sommes une équipe qui a envie de bien faire, qui veut rester unie, et ce, de la meilleure façon possible", explique le technicien italien sur le site du club. Cette cohésion lui permet de jongler entre les schémas tactiques, en passant d'une défense à trois à une défense à quatre en fonction des circonstances et de l'adversaire. Une constante, tout de même, ce milieu de terrain travailleur et technique où brillent notamment Dzemaili et Galloppa, tout récemment appelé par Lippi en Squadra Azzurra.Guidolin: On ressent l'enthousiasme du peuple, qui se réjouit après ces années difficilesLe groupe s'est également nourri de la frustration née de cette année passée en Série B, comme le confirme Guidolin : "Le désir que nous avons accumulé à regarder la Serie A l'an dernier à la télévision est maintenant une source de motivation, et permet à l'équipe de rentrer sur le terrain avec une grande détermination." Formé au Milan AC, le jeune attaquant Alberto Paloschi (4 buts cette saison) confirme la motivation qui anime les Parmesans : "Nous sommes un beau mélange de jeunes et expérimentés. Beaucoup d'entre nous sont des jeunes qui vivent leur première expérience en série A, avec l'envie de se montrer." Le public d'Ennio Tardini, lui non plus, ne boude pas son plaisir. "On ressent l'enthousiasme du peuple, qui se réjouit après ces années difficiles", explique Guidolin. Résultat, les Gialloblu cartonnent à la maison : 5 victoires en 6 matches.Malgré tout, ce n'est pas encore l'heure de s'enflammer pour les Parmesans. Tous s'accordent à dire qu'il reste encore la moitié du chemin à parcourir, c'est-à-dire 20 points à prendre, pour atteindre l'objectif de la saison: le maintien. Pour autant, ils n'en oublient pas l'ambition, avant de recevoir la Fiorentina samedi. "Nous ne devons pas nous contenter de bien jouer, prévient le défenseur Massimo Paci. Débuter le match en voulant simplement faire bonne figure mène inévitablement à la défaite." Il serait dommage de s'arrêter en si bon chemin.