Parker victime de la draft ?

  • A
  • A
Parker victime de la draft ?
Partagez sur :

Et si Tony Parker quittait les Spurs ? San Antonio, qui cherche à rajeunir son effectif, souhaiterait récupérer le premier tour de draft des Toronto Raptors ou des Sacramento Kings via un transfert dans lequel le meneur de jeu français servirait de monnaie d'échange. Pas forcément une bonne nouvelle pour "T.P.", qui avait pourtant prolongé son contrat avec la franchise texane en début de saison.

Et si Tony Parker quittait les Spurs ? San Antonio, qui cherche à rajeunir son effectif, souhaiterait récupérer le premier tour de draft des Toronto Raptors ou des Sacramento Kings via un transfert dans lequel le meneur de jeu français servirait de monnaie d'échange. Pas forcément une bonne nouvelle pour "T.P.", qui avait pourtant prolongé son contrat avec la franchise texane en début de saison. Il y aura cette année quatre joueurs français inscrits à la draft: Ousmane Camara, Edwin Jackson, Bangaly Fofana et Antoine Diot. Mais aucun d'eux ne risque de faire plus parler de lui que Tony Parker. A vingt-neuf ans, le meneur de jeu des Spurs pourrait être l'une des victimes collatérales de la loterie annuelle de la NBA, qui aura lieu jeudi soir dans le New Jersey. Pourquoi victime ? Parce que les options qui s'offrent à lui ne sont pas vraiment réjouissantes... Selon Yahoo! Sports, San Antonio souhaite rajeunir son effectif, surtout à l'intérieur, et a sondé deux franchises, les Raptors et les Kings, qui possèdent respectivement les cinquième et septième choix de cette draft 2011, pour un éventuel transfert dans lequel "T.P." servirait de monnaie d'échange. Ce ne serait évidemment pas une bonne nouvelle d'un point de vue sportif puisque Toronto et Sacramento ont terminé la saison 2010-11 à la quatorzième place de leur conférence. Lors de son récent passage en France, à la mi-mai, Tony Parker avait émis de gros doutes sur la capacité des Spurs à rebondir après leur élimination au premier tour des playoffs contre les Memphis Grizzlies, en raison notamment de l'âge avancé des cadres de l'équipe Tim Duncan et Manu Ginobili. "Ce sera dur de renouveler l'effectif. On aura toujours une équipe performante, mais on ne pourra pas dire qu'on joue le titre, il faut être réaliste", avait-il déclaré. Des propos qui avaient fait polémique aux Etats-Unis, le joueur ayant dû les démentir quelques jours plus tard en mettant ça sur le dos des journalistes... "S'ils ont un joueur à échanger, c'est moi..." Est-ce pour cette raison qu'il est peut-être, aujourd'hui, à un tournant de sa carrière ? Toujours est-il que la franchise texane envisagerait déjà de confier la mène à son remplaçant, George Hill, à la rentrée. Où sera le capitaine de l'équipe de France à ce moment-là ? A Toronto avec Alexis Ajinça ? A Sacramento, qui aurait également discuté avec les Denver Nuggets pour récupérer Raymond Felton ? Ou toujours à San Antonio ? Lui, en tout cas, ne voulait pas imaginer un tel scénario après avoir prolongé cette saison son contrat avec les Spurs, pour 50 millions de dollars sur quatre ans. Un choix aussi bien affectif que réfléchi. "Quand j'ai signé mon contrat, la décision était assez facile à prendre, expliquait-il récemment. Il y avait beaucoup d'argent sur la table, il me restait un an, je sortais d'une saison où j'avais eu pas mal de blessures... Donc c'était une décision logique, pour ne pas prendre de risque et assurer mon avenir." Mais "T.P.", en tant que joueur à la plus forte valeur marchande de son équipe, avait aussi conscience de la réalité. "S'ils ont un joueur à échanger, c'est moi, assurait-il. Après, Pop (Gregg Popovich, ndlr) m'a dit que je n'irai nulle part. Mais je sais que la NBA est un business, qu'il faut être prêt à tout. On ne sait jamais." Dans un ou deux jours, il sera fixé.